Thèse soutenue

Joseph Thomas Delos : une pensée de la plénitude à l'épreuve de la modernité

FR
Auteur / Autrice : Benedicte Renaud-Boulesteix
Direction : Pierre Manent
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études politiques
Date : Soutenance en 2016
Etablissement(s) : Paris, EHESS
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales
Jury : Président / Présidente : Jean-Claude Monod
Examinateurs / Examinatrices : Pierre Manent, Jean-Claude Monod, Bernard Bourdin, Marcel Gauchet, Denis Pelletier

Résumé

FR  |  
EN

L'œuvre confidentielle de Joseph Thomas Delos répond à l'ambition de proposer une pensée alternative chrétienne à la société libérale. Professeur de droit international public, thomiste, ce dominicain n'a eu de cesse de vouloir articuler les résultats de la sociologie à une réflexion juridique sur le bien commun. Cet axe principal de sa recherche repose sur une analyse de la société internationale et des conditions de construction d'un ordre juridique international. Ce dernier se caractérise par l'instauration d'institutions internationales indépendantes et l'intégration des Etats-nations de ce nouvel ordre institutionnel, selon le principe juridique du dédoublement fonctionnel. L'articulation historique entre l'Etat et la nation ne doit pas conduire à une identité conceptuelle formalisée par l'Etat-nation comme étant la seule formule politique possible, Delos expose la distinction entre un Etat, qui est une société politique et une nation, qui est une communauté culturelle, La voie fédérale peut également être envisagée notamment pour traiter le cas des minorités nationales. La cohérence de l'œuvre de Delos repose sur la volonté de décliner juridiquement la notion thomaslenne reprise d'Arïstote : le bien commun. Cette déclinaison juridique se cristallise à travers le concept d'Institution, qui formalise le bien commun temporel» Le geste delosien est typique de l'effort d'une pensée chrétienne pour reformuler une unité théologico-politique dans un contexte de crise de la modernité. Mais cet effort doit faire l'épreuve d'une résistance de la liberté moderne, qui confronte ces pensées unitaires au choix de la démocratie et de l'ouverture aux acquis du libéralisme politique.