Sémiotique, syntaxe et sémantique (1879-1901) : des conséquences de la modélisation du signe sur la théorie de la signification chez Frege et Husserl

par Manuel Gustavo Isaac

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Sylvain Auroux.

Soutenue en 2015

à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Sciences du langage (Paris1992-2019) , en partenariat avec Histoire des théories linguistiques (Paris) (équipe de recherche) et de Université Paris Diderot - Paris 7 (1970-2019) (autre partenaire) .

Le président du jury était Christian Puech.

Les rapporteurs étaient Jocelyn Benoist, Gilles Bernard.


  • Résumé

    My thesis is a work of history and epistemology of language sciences about the model of sigr redefining that occurs at the turn of the 20th century as a part of the development of nev formai languages for logic. In that context, it focuses on the constitutional conditions of Frege': logicist program (1893) and on the conditions of emergence of Husserl's idea of phenomenolow (1913). Aiming at determining the impact of sign modelling on the development of a theory o meaning, its outcome is based on the setting up of an alternative between two treatments of th( linkage between the syntax of a calculus and its signification (either monistic or dichotomous respectively correlated with two opposite views on sign meanings (either intensional o extensional) and entailing different conceptions of logic (either as calculus or as language). An( in the framework thus outlined, on the basis of a chronological and thematic analysis o representative corpus of texts, its contribution consists in the reconstitution of the causal link: which order the interversion of the properties characterizing Frege's and Husserl's theories o sign and meaning, respectively, from 1879 to 1892 and from 1887 to 1901.

  • Titre traduit

    Semiotics, Syntax, Semantics (1879-1901) : on the Consequences of the Sign Modelling or the Theory of Meaning in Frege's and Husserl's works


  • Résumé

    La thèse ici soumise en vue d'obtenir le grade de docteur en linguistique théorique e descriptive (LTD) délivré par l'Université Paris Diderot (École Doctorale 132) est un travai d'histoire et d'épistémologie des sciences du langage portant sur la redéfinition du concept d( signe qui intervient au tournant du xxème siècle à l'occasion du développement de nouveau: langages formels pour la logique. Dans ce contexte, elle se focalise sur les conditions d( constitution et d'émergence, respectivement, du programme logiciste de Frege (1893) et d( l'idée de la phénoménologie chez Husserl (1913). Axée sur le problème de la détermination dt statut et du rôle de la modélisation du signe à l'endroit du développement d'une théorie de signification, sa solution repose sur la mise au jour d'une alternative entre deux traitements d( l'articulation de la syntaxe d'un système de déduction avec sa signification (soit, moniste ot dichotomique) respectivement corrélés à deux perspectives opposées sur la signification de signes (soit, intensionnelle ou bien extensionnelle) et impliquant différentes conceptions de lî logique (soit, comme langage ou comme calcul). Dans le cadre tracé par cette alternative, sur lz base d'une analyse chronologique et thématique de corpus de textes représentatifs, contribution consiste dans la reconstitution des liens de causalité qui ordonnent l'interversior des propriétés caractérisant les théories du signe et de la signification de Frege et Husserl respectivement, des années 1879 à 1892 et 1887 à 1901.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (547 p.)
  • Annexes : 185 réf.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL (2015) 095
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.