Thèse soutenue

La campagne "Fair Trade Towns" : une mise en territoires du commerce équitable au nom du développement durable : exemples de Lyon et Bruxelles-Capitale

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Lisa Rolland
Direction : Monique Poulot
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Géographie
Date : Soutenance le 04/12/2015
Etablissement(s) : Paris 10
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Espaces, Temps, Cultures (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire Architecture, ville, urbanisme, environnement (Nanterre, Hauts-de-Seine, France ; 2010-....)
Jury : Président / Présidente : Denis Martouzet
Examinateurs / Examinatrices : Monique Poulot, Denis Martouzet, Romain Lajarge, Michaël Pouzenc, Anne Rivière-Honegger, Jérôme Ballet, Serge Schmitz
Rapporteurs / Rapporteuses : Romain Lajarge, Michaël Pouzenc

Résumé

FR  |  
EN

Le commerce équitable fait majoritairement l’objet de travaux en sciences agro-économiques (études d’impact, de filière, structuration des organisations,…). Par ailleurs, si les premières recherches étaient centrées vers le Sud et dans la compréhension de flux mondialisés, un décentrement du secteur vers d’autres espaces et dynamiques d’acteurs est perceptible autour de nouveaux enjeux liés à son inscription dans les politiques publiques. Cette évolution ouvre des perspectives originales de recherche et élargit le champ des disciplines concernées. La thèse s’inscrit dans ces nouvelles approches. Elle interroge les « Fair Trade Towns », campagne internationale de promotion du commerce équitable lancée en 2000, déclinée essentiellement dans les villes européennes. Dans ce projet l’objectif est d’associer collectivités, acteurs locaux, privés et publics, pour valoriser le commerce équitable à l’échelle d’un «territoire». Dans une démarche de géographie sociale, la recherche s’intéresse à ce changement de paradigme du commerce équitable et interroge le rôle de nouveaux acteurs dans ce processus ainsi que les différentes strates spatiales en jeu dans le cadre d’une territorialisation inédite. Pour les comprendre, la thèse se fonde sur des enquêtes de terrain associant entretiens, dessins (cartes mentales) et observation. Les villes de Lyon et Bruxelles sont les deux terrains d’étude choisis : déclinée nationalement « Territoires de commerce équitable » en France (2009), « Communes du commerce équitable » ou « Fair Trade Gemeente » en Belgique (2004), la campagne prend la forme d’un titre décerné à une collectivité, mais aussi celle d’un outil de communication du développement durable urbain. La campagne atteste du rôle nouveau et central de collectivités dans ce projet territorial, avec des stratégies d’acteurs et des tensions palpables sur une redéfinition du commerce équitable dans les Nords.