Thèse soutenue

Approche psychanalytique des liens dans le couple et la famille : le travail de subjectivation en contexte tunisien

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Meriem Mokdad-Zmitri
Direction : Serge TisseronMohamed Riadh Ben Rejeb
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance le 10/06/2015
Etablissement(s) : Paris 10
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Connaissance, langage, modélisation (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 1992-....)
Jury : Président / Présidente : Rosa Jaitin
Examinateurs / Examinatrices : Serge Tisseron, Mohamed Riadh Ben Rejeb, Rosa Jaitin, Alberto Eiguer, Noureddine Kridis
Rapporteurs / Rapporteuses : Alberto Eiguer, Noureddine Kridis

Résumé

FR  |  
EN

La psychanalyse est-elle épistémologiquement dans l’impasse ? Les «Japonais» (Lacan) ou encore les Arabes ne sont-ils pas «psychanalysables» ? Ce sont deux malaises qui ont concomitamment motivé cette recherche. Celle-ci découvre alors la «psychanalyse du lien» à laquelle elle suppose un potentiel de résolution de la double crise de la psychanalyse : celle qui lui est intrinsèque et a trait à sa longévité et celle de la rencontre entre cette dernière et des champs opérationnels d’accueil. Analyser les liens plutôt que des sujets en lien révolutionne la métapsychologie classique en la décentrant du pur intrapsychique, lénifiant ainsi son panindividualisme et promettant une «rencontre équitable» entre la psychanalyse et son terrain d’accueil, le tunisien en l’occurrence. La pratique de ce paradigme auprès de couples et de familles tunisiens en situations de recherche et de consultation, alternant au besoin, entretiens individuel, de couple et de famille, génosociogramme commenté, FAT ou encore TAT, permet de déceler des configurations liennaires récurrentes et caractéristiques colorant, par l’Instance culturelle (Kaës, 1998), l’espace du lien. Sont alors identifiés et définis les Objets-reliques, la Co-maternité et le Bel-Oedipe comme émergents du contexte informant respectivement sur les liens généalogique, parento-filial et de couple. C’est ainsi qu’une psychanalyse des liens de couple et de famille ouvre la voie à une lecture conjointe de trois espaces intra, inter et transsubjectif où le travail de subjectivation «se déroule» en même temps qu’elle incite à s’interroger sur les liens, leur nouage et défaillances aux prises avec le contexte culturel.