Thèse soutenue

Écologie alimentaire et biologie de la reproduction du Puffin du Pacifique (Puffinus pacificus) et du Puffin tropical (Puffinus bailloni) nichant dans la réserve naturelle de l'ile d'Aride, Seychelles : outils pour la conservation

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Licia Calabrese
Direction : Vincent BretagnolleGérard Rocamora
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Evolution et Ecologie
Date : Soutenance le 18/12/2015
Etablissement(s) : Paris 6
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de la nature et de l'Homme - Évolution et écologie (Paris)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre d'Études Biologiques de Chizé
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Carl Jones, Jacob Gonzáles-Solis, Emmanuelle Porcher, Thierry Micol, Andrés López-Sepulcre

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Cette étude analyse la quasi-totalité du cycle de vie de deux espèces de puffins sympatriques, le puffin tropical (Puffinus bailloni, PT) et le puffin du Pacific (P. pacificus, PP) nichant sur Aride Island (Seychelles). L’objectif est de comprendre les interactions existantes entre ces espèces, ainsi que l’influence de l’environnement, au sein de la colonie et dans le milieu marin. Le nombre de couples ont était estime à 15,000 pour le PP et 30,000 pour le PT (où la population est probablement en déclin). Ils sélectionnent davantage des zones escarpées avec des végétations basses. Les PP montrent également une préférence pour les zones rocheuses avec un sol profond. Les PT nichent pendant toute l’année mais de manière plus intensive en fin de saison de reproduction des PP et le taux d'échec de la reproduction est maximal durant la période où les deux espèces nichent en même temps. Dans le milieu marin, il-y-a une ségrégation spatiale entre les deux espèces, exploitant des zones d’alimentation bien distinctes hors saison de reproduction et se distinguant également dans leur comportement alimentaire (profondeur de plonge). Dans la colonie les deux espèces sont en concurrence sur le site de reproduction mais les PP semblent être de meilleurs compétiteurs. Nous proposons la mise en place de mesures de conservation pour les deux espèces, mais favorisant spécialement les PT.