Thèse soutenue

Le bilinguisme français-persan en linguistique-didactique : syntaxe et sémantique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Rouhollah Rezapour
Direction : Olivier Soutet
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Linguistique
Date : Soutenance le 02/06/2015
Etablissement(s) : Paris 4
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Concepts et langages (Paris ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Sens, texte, informatique, histoire (Paris)
Jury : Président / Présidente : Christiane Marque-Pucheu
Examinateurs / Examinatrices : Samir Bajrić, Shahrzad Saif

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse soutient avec la théorie de la néoténie linguistique l’idée que l’ordre déjà établi par une langue chez le locuteur nouvellement bilingue n’est plus stable lors de l’insertion d’une deuxième langue et ensuite, la concurrence non égalitaire qui se révèle entre les deux. Entre la langue et l’identité, il existe une interdépendance. Le bilingue français-persan subordonné, ayant immigré à un territoire francophone à l’âge linguistiquement adulte, tâche d’insérer un autre système de comportements linguistiques, une autre manière d’être, dans un espace cognitif qui, n’en éprouve pas le besoin de continuer pour fonctionner normalement. Donc il s’affranchit du monolinguisme persanophone, i.e. de son spécialisation naturelle, pour opter au bilinguisme français-persan. L’enfant bilingue français-persan issu de famille linguistiquement mixte, est théoriquement conçu pour créer son être immanent dans les deux langues. Mais en réalité, la valorisation des langues française et persane, la scolarisation, le choix de la langue familiale et plusieurs d’autres paramètres déterminants effectuent des changements considérables dans le choix de la langue du locuteur concerné. Si le sentiment d’autosuffisance permet au locuteur bilingue français-persan d’être identifiable à la satisfaction de son environnement linguistique en français, l’appropriation et la pratique du persan, dans la famille pour lui ne reste plus une nécessité absolue car il se voit dans un univers linguistique, mental et culturel dont la réalité orale est plus pertinente avec la sphère sociale.