Thèse soutenue

La fluctuation en genre grammatical des substantifs inanimés en vieil-anglais

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Oxana Kharlamenko
Direction : Leo Martin Carruthers
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études médiévales anglaises
Date : Soutenance le 06/03/2015
Etablissement(s) : Paris 4
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre d'études médiévales anglaises (Paris)
Jury : Président / Présidente : Pierre Cotte
Examinateurs / Examinatrices : Catherine Delesse, Hans Sauer

Résumé

FR  |  
EN

L’existence de noms vieil-anglais au genre variable a été signalée encore à la fin du 19e siècle. Alors que le nombre de noms assignés à plusieurs genres dans les dictionnaires du vieil-anglais est très élevé, il n’existe presque aucune étude approfondie du phénomène. La présente thèse tente de répondre à des questions de ce que l'on désigne comme les noms au genre variable, comment ces noms se distinguent d’autres types de fluctuation dans les documents en vieil-anglais et de ce qui se trouve à l’origine de la variation en genre.Après avoir défini la notion de l’accord et son expression dans les marqueurs, on propose une étude détaillée de toutes les occurrences de trente-six emprunts faits au latin et au vieux-norrois d’une part, et de soixante-dix-huit noms indigènes d’autre part, tous assignés à plusieurs genres dans les dictionnaires. Constatant des évolutions parfois importantes dans l’emploi des marqueurs en discours, on cherche à déterminer s’ils interviennent dans la décision des lexicographes ou s’ils reflètent une variabilité interne aux noms étudiés. La variation se présente ainsi sous deux angles et s’explique à travers deux notions, celle du désaccord, où tout lien entre le nom-contrôleur et les cibles d’accord est rompu, et celle de la variabilité, qui soutient le lien d’accord sur le plan cognitif et permet la transition d’un genre à l’autre selon le choix de l’énonciateur.