Thèse soutenue

Commerce, transferts, réseaux : des échanges maritimes en mer Erythrée entre le IIIe s. av. n.è. et le VIIe s. de n.è

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Ariane de Saxcé
Direction : Osmund Bopearachchi
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Archéologie
Date : Soutenance le 21/02/2015
Etablissement(s) : Paris 4
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Centre de Recherches sur l’Extrême Orient de Paris-Sorbonne (Paris)
Jury : Président / Présidente : Marie-Françoise Boussac
Examinateurs / Examinatrices : Osmund Bopearachchi, Stéphane Verger, Steven E. Sidebotham, Federico De Romanis, Jean-François Salles
Rapporteurs / Rapporteuses : Marie-Françoise Boussac, Stéphane Verger

Résumé

FR  |  
EN

La présente étude explore les relations maritimes établies pour des raisons commerciales entre le monde méditerranéen, l’Inde du Sud et Sri Lanka, entre le IIIe siècle av. n.è. et le VIIe siècle de n.è. Il s’agit dans un premier temps d’élaborer une synthèse quantifiée des imports issus du monde gréco-romain d’après les vestiges archéologiques découverts en Asie du Sud, en les confrontant aux autres types de sources. Cette synthèse nous conduit à nous pencher sur les contacts culturels que les liens commerciaux ont favorisé dans leur sillage : transferts, métissages, imitations et appropriations. Dans un dernier temps, ce sont les flux inverses qui ont fait l’objet de notre attention, décelables à travers les objets exportés par l’Inde et Sri Lanka vers les côtes de l’Arabie, de l’Afrique, du golfe Persique et de la mer Rouge. Il apparaît que les témoignages du commerce n’impliquent pas de très grandes quantités échangées mais n’ont pas été dénués malgré tout d’un impact certain sur les sociétés. Ainsi se tissent des réseaux complexes qui impliquent tous les acteurs de cette zone géographique, dont les extrémités est et ouest que sont l’Asie et la Méditerranée constituent une des facettes.