Langue et identité en Lozère : singularités sociolinguistiques à l'aune d'un positionnement de chercheur de terrain-résident.

par Patrick Sacleux

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Carmen Alén Garabato.

Le président du jury était Philippe Martel.

Les rapporteurs étaient Christian Lagarde, Marielle Rispail.


  • Résumé

    Lorsqu'un chercheur s'installe sur un terrain de recherche durablement, en tant que résident, il est à même d'obtenir des réponses plus véridiques, de la part de ses enquêtés, que s'il était uniquement de « passage ». L'analyse thétique a été de mesurer le lien entre la faculté des natifs Lozériens de communiquer en langue vernaculaire avec leur sentiment identitaire dans une situation diglossique où la péjoration du « patois » n'est plus aussi prégnante que dans le passé. Dans le département le moins peuplé de France où la ruralité ne rime pas nécessairement avec l'isolement rural, les influences séculaires des départements limitrophes, ainsi que le mode de vie ancestral des Lozériens, ont forgé une identité commune ancrée autour de l'entraide, la convivialité, la générosité des propos, le partage des valeurs traditionnelles et l'accueil de l'Autre. L'utilisation du cadre théorique de l'interaction symbolique permet d'encadrer cette recherche pour cerner des représentations sociolinguistiques liées à la culture occitane. L'histoire de la Lozère, sa géographie, les zones géolinguistiques définies pour les enquêtes par entretiens, sont autant d'éléments épistémologiques qui permettent de mettre en exergue la ruralité, l'enclavement et la survie des populations autochtones et de tenter d'endiguer la substitution linguistique pour assurer une transmission de la langue d'héritage dans les générations futures afin d'éviter de répéter le traumatisme qu'ont subi les « anciens » lorsque l'emploi du « patois » était réprimandé dans le cadre d'une hégémonie linguistique en français à l'école.

  • Titre traduit

    Language and Identity in Lozère : sociolinguistic singularities with regard to the positioning of a field researcher/resident.


  • Résumé

    When a researcher settles for a long time, as a resident, in his research field, he is able to obtain answers, from his/her interviewees, that are more truthful, than if he were to simply stay for a limited time there. The analysis of this dissertation was to measure the link between the ability from Lozerian natives to communicate in the vernacular language with their sense of identity in a diglossic situation where the stigmatization of that dialect is not longer as pregnant as in the past. In the least populated area in France where rurality does not necessarily mean rural isolation, the secular influences of nearby areas, as well as the ancestral way of life of the Lozerian natives, have forged a common identity anchored around mutual assistance, conviviality, the generosity of discourse, the sharing of traditional valeues and the welcoming of the Other. The use of the theoretical framework of symbolic interaction allows us to structure this research to grasp sociolinguictical representations linked to the Occitan culture. The history of Lozère, its geography, the geolinguistic zones defined for the field research, are all epistemologic elements that permit to showcase rurality, isolation and the survival of indigenous populations in order to try to contain the linguistic substitution to ensure the transmission of the heritage language in future generations so that we prevent the repetition of the trauma that older folks have felt when the use of the regional dialect was prohibited in the linguistic hegemonic framework in French, while in school.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.