Thèse soutenue

Chefs de guerre dans le Maine et ses abords durant la guerre de Cent Ans

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Charlotte Raquidel
Direction : Annie Renoux
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance le 28/09/2015
Etablissement(s) : Le Mans
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sociétés, Cultures, Echanges (SCE) (Angers)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire (Rennes)

Résumé

FR  |  
EN

L'Etude porte sur un groupe social, celui des chefs de guerre, ses contours et ses actions dans le Maine et ses abords durant la guerre de Cent Ans. Elle conduit à s'interroger sur less relations qui lient ces personnages aux rois et aux princes alors qu'ils accomplissent des actes militaires, judiciaires et politiques dans un cadre licite mais aussi à l'occasion illicite (criminalité). Elle amène à se poser la question de la pertinence du choix opéré au niveau de la base géographique retenue ; placés au coeur des tensions qui frappent l'ouest du royaume le Maine et ses abords subissent le passage des compagnies étrangères et finissent par être en grande part occupés par les Anglais. Le groupe intègre essentiellement des "Anglais" (Ecossais, Gallois...), des "Navarrais" et des Français tiraillés, à une époque donnée, entre Armagnacs et Bourguignons et issus en partie des milieux locaux. Le panel des rangs, des statuts et des tires de chefs de guerre est très divers. On discerne deux strates majeures. La base du recrutement est de celle de la petite noblesse rurale, voire de la bourgeoisie, tandis que les plus hauts titres sont réservés à ceux des hautes sphères nobiliaires que sont les princes de sang. Ces chefs de guerre ont une grande importance locale et régionale mais ils jouent aussi, d'une manière plus générale, un rôle majeur dans la structuration de la société nobiliaire Créant des us et coutumes, une idéologie et des habitus, s'intégrant dans les normes liées à leur groupe avec une vie sociale spécifique, notamment lors des joutes, avec la réalisation de gisants, d'épitaphes et d'autres formes de traces eschatologiques. Ces chefs de guerre créent une dynamique militaire et des stratégies d'ascension sociale à la fois au coeur de la sphère militaire mais aussi politique, et ce dans le cadre des cours princières et/ou royales. Ils ont une place de premier plan dans la genèse et l'essor de l'Etat monarchique et la construction de l'armée royale et princière.