Thèse soutenue

Réformes de l’enseignement supérieur et carrière des universitaires français : Choisir entre recherche de légitimité et recherche de plaisir pour construire son parcours professionnel

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Christine Gatignol
Direction : Annick Valette
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de gestion
Date : Soutenance le 09/11/2015
Etablissement(s) : Université Grenoble Alpes (ComUE)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale sciences de gestion (Grenoble ; 1997-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre d'études et de recherches appliquées à la gestion (Grenoble)
Jury : Président / Présidente : Alain Roger
Examinateurs / Examinatrices : Christian Defélix, Jean Pralong
Rapporteurs / Rapporteuses : Frédérique Pigeyre, Christophe Falcoz

Résumé

FR  |  
EN

Le contexte professionnel dans lequel se déroule la carrière des universitaires français a connu ces dernières années de profondes mutations incarnées par la réforme dite LRU (loi relative aux libertés et responsabilités des universités), la réforme du statut des enseignants-chercheurs ainsi que la réforme touchant à l'évaluation de la recherche (LOI de programme n° 2006-450 du 18 avril 2006 pour la recherche). Les règles de gestion de carrière imposées aux établissements ont changé et le cadre s'est complexifié. L'université a été replacée au centre de cette gestion, se voyant attribuer un rôle plus important dans la gestion des parcours professionnels des individus. Une injonction à l'excellence scientifique est apparue plus clairement et une menace de modulation s'est mise à peser sur les individus qui n'auraient pas une production scientifique suffisante. Il semble alors que le poids de l'environnement professionnel se soit renforcé par l'intermédiaire de règles plus exigeantes pesant sur les individus. Ces règles comportent cependant des contradictions et des ambiguïtés ayant pour effet une transformation de la relation entre les enseignants-chercheurs et leur employeur, relation qui se distend. L'ensemble de ces éléments nous a conduite à travailler sur la problématique suivante : « L'évolution du contexte professionnel (légal et réglementaire) de ces dernières années agit-il sur les parcours professionnels des universitaires français aujourd'hui ? » que nous avons traitée par l'intermédiaire d'une démarche qualitative fondée sur la méthode de recueil de données des récits de vie. La thèse que nous défendons grâce à notre travail est la suivante : L'environnement professionnel est pourvoyeur de règles et de normes suffisamment contraignantes pour pouvoir exercer une influence sur les parcours de carrière des universitaires français à travers des mécanismes d'isomorphisme que nous mettons en exergue, qu'ils soient de nature coercitive, normative ou mimétique. Cependant, l'existence de contradictions et/ou d'ambigüités dans les règles offre aux individus la possibilité d'interpréter ces dernières et leur donne la liberté de les suivre ou non. C'est le positionnement des individus, selon qu'ils soient dans une recherche de légitimité vis-à-vis de l'environnement professionnel ou plutôt dans une recherche de plaisir qui va décider de la construction du parcours. Nous défendons enfin l'idée que les réformes sont venues bouleverser les priorités des enseignants-chercheurs pouvant ainsi créer une rupture dans leur parcours de carrière.