Thèse soutenue

Rituels, divinités et société locale : une étude sur la tradition des maîtres rituels du Lingying-tang à l’ouest du Fujian

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Nengchang Wu
Direction : John Lagerwey
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études de l'Extrême-Orient
Date : Soutenance le 06/07/2015
Etablissement(s) : Paris, EPHE
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de l'École pratique des hautes études (Paris)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de recherche sur les civilisations de l'Asie orientale (Paris ; 2006-....)
Jury : Président / Présidente : Vincent Goossaert
Examinateurs / Examinatrices : John Lagerwey, Vincent Goossaert, Alain Arrault, Brigitte Baptandier Berthier
Rapporteurs / Rapporteuses : Alain Arrault, Brigitte Baptandier Berthier

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Prenant principalement appui sur des matériaux de terrain et des documents historiques, la présente étude examine la tradition des maîtres rituels taoïstes. Celle-ci a été une des traditions religieuses les plus vivantes en Chine méridionale, depuis la dynastie des Song (960-1279). Il s’agit d’une tradition d’exorcisme qui a emprunté beaucoup d’éléments au tantrisme. Elle s’est bien intégrée au taoïsme tout en révélant des relations subtiles entre le taoïsme et la religion populaire. D’un point de vue ethnographique, les maîtres rituels constituent un groupe important de spécialistes de rituels à l’ouest du Fujian, au sud-est de la Chine. D’un point de vue historique, chez les maîtres rituels contemporains se trouvent des éléments qui remontent à l’antiquité. Ainsi, la céation et la maîtrise de soldats du monde invisible pour conjurer les êtres malfaisants en faveur du peuple constituent un trait caractéristique. La tradition des maîtres rituels a joué un rôle important non seulement dans la vie quotidienne du peuple, mais aussi dans les processus socio-culturels régionaux. Le présent travail étudie notamment un mythe de « batailles de méthodes » entre des maîtres rituels et des mauvais esprits qui a trouvé sa place dans un contexte de conflits ethniques à l’ouest du Fujian. Il examine aussi un culte des maîtres rituels qui a donné l’occasion aux différents groupes sociaux d’exprimer leurs compréhensions de leur légitimité, ainsi que des rituels d’ordination et des rituels servant à cacher les âmes humaines des mauvais esprits, rites de vie qui contribuent aussi à la construction de la communauté.