Thèse soutenue

Les accessoires métalliques du vêtement et de la parure de corps en Provence du XIe au XVIe siècle : étude archéologique et approche croisée d'une production méconnue

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Olivier Thuaudet
Direction : Andreas Hartmann-VirnichMarie-Christine Bailly-Maître
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Archéologie
Date : Soutenance le 14/12/2015
Etablissement(s) : Aix-Marseille
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole Doctorale Espaces, Cultures, Sociétés (Aix-en-Provence)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire d'archéologie médiévale et moderne en Méditerranée (2012-.... ; Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône)
Jury : Président / Présidente : Nelly Pousthomis-Dalle
Examinateurs / Examinatrices : Nelly Pousthomis-Dalle, Luc Bourgeois, Perrine Mane
Rapporteurs / Rapporteuses : Luc Bourgeois, Perrine Mane

Résumé

FR  |  
EN

Les fouilles archéologiques portant sur la période des XIe – XVIe siècles menées en Provence livrent de très nombreux accessoires métalliques du costume et de la parure de corps. Ce sont des éléments de fixation prenant la forme d’épingles, d’agrafes, de boutons, des constituants de la ceinture – boucle, chape, mordant, appliques –, mais aussi des ornements que l’on ajoute à celle-ci ou à même les étoffes, tels les grelots, ou bien encore des parures de corps – bracelets, bagues et colliers –, des objets de dévotion personnelle comme les enseignes de pèlerinage. L’étude archéologique et typo-chronologique de ces objets a permis d’organiser le mobilier et conduit dans de nombreux cas à l’obtention de datations typologiques. Elle a également rendu possible la caractérisation d’évolutions dans l’ornementation des accessoires métalliques, dans la manière de fixer les pièces vestimentaires ou d’orner le corps. Les accessoires métalliques du costume présentent des variations morphologiques, de décoration, de fonctionnalité, de matériau ou de techniques de fabrication caractéristiques d’évolutions dans les usages, de phénomènes de mode, de la construction du paraître, d’une hiérarchie de l’apparence. Il est donc nécessaire d’aller au-delà de la seule analyse archéologique et de faire appel aux sources textuelles et à l’iconographie pour approfondir ces aspects et ouvrir sur la valeur économique ou symbolique de ces objets. La production de ces objets métalliques requiert des compétences techniques plus ou moins profondes que des analyses de composition par la méthode PIXE, sur une sélection d’artefacts, mettent en perspective.