Thèse soutenue

Néandertal en armes ? : des armes, et de l'arc, au tournant du 50ème millénaire en France méditerranéenne

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Laure Metz
Direction : Jean-Pierre BraccoHugues Plisson
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Préhistoire
Date : Soutenance le 14/12/2015
Etablissement(s) : Aix-Marseille
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole Doctorale Espaces, Cultures, Sociétés (Aix-en-Provence)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire Méditerranéen de Préhistoire Europe Afrique (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône)
Jury : Président / Présidente : François Bon
Examinateurs / Examinatrices : François Bon, Jacques Jaubert, Jesús Emilio González Urquijo, Jean-Michel Geneste, Cristina Lemorini
Rapporteurs / Rapporteuses : Jacques Jaubert, Jesús Emilio González Urquijo

Résumé

FR  |  
EN

Ce travail consiste en l’étude fonctionnelle de la séquence supérieure de la Grotte Mandrin (du 55 au 43ème millénaire) en France méditerranéenne. Dans cette séquence, le niveau Néronien de la Grotte Mandrin apparaît comme une anomalie, tant d’un point de vue technique, que fonctionnel. Sa profusion de pointes, leur caractère non seulement microlithique mais plus encore standardisé m’a amené à réfléchir sur la finalité de ces productions. Quelle est la signification de cette signature associant standardisation et microlithisation réelle au sein d’une unique unité de cette vaste séquence archéologique ? Au travers d’une étude fonctionnelle spécifiquement orientée vers la recherche, la détermination et la compréhension des associations de stigmates d’impact, une méthode d’approche, l’étude impactologique, est ici exposée à partir de la constitution d’un référentiel expérimental original. L’étude impactologique des pointes de Mandrin E révèle qu’au moins 15,5 % d’entre-elles ont été utilisées comme partie vulnérante ou perforante d’arme. Le module extrêmement réduit de ces micro- et nanopointes induit une inertie pondérale particulièrement faible que seul un système de propulsion à très forte énergie cinétique peut compenser. La réflexion a donc porté sur le mode de propulsion employé permettant de rendre effectif et efficace ces pointes de très faible dimension. Les résultats amènent à la conclusion que seul un système de propulsion tel que l’arc a pu compenser la faible énergie cinétique des tous petits éléments impactés découverts à Mandrin E.