Thèse soutenue

Banque centrale et politique monétaire dans les pays en développement

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mehmet Deniz Kozanoglu
Direction : Gilles JacoudKaya Ardic
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences economiques
Date : Soutenance le 24/07/2014
Etablissement(s) : Saint-Etienne en cotutelle avec Université d'Istanbul. Faculté des sciences économiques
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences économiques et gestion (Lyon)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Groupe d'analyse et de théorie économique Lyon - St-Etienne (Lyon ; 1997-....)
Jury : Président / Présidente : Mithat Zeki Dinçer
Examinateurs / Examinatrices : Gilles Jacoud, Kaya Ardic, Jean-Pierre Allegret, Rona Turanli

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

L’objectif principal de la présente thèse est d’analyser les conceptions de la politique monétaire et les cadres monétaires dans les pays en développement. Nous analysons trois aspects du cadre de la politique monétaire : le degré d'indépendance de la banque centrale, la gestion de la politique monétaire et le régime de taux de change. Ce travail comporte des analyses quantitatives et empiriques ainsi que des études de cas détaillées de trois pays du Moyen-Orient. Les analyses empiriques renvoient à trois domaines majeurs que sont : l'existence du phénomène de la peur du flottement et la relation entre la volatilité des taux de change et la volatilité macroéconomique ; le degré d'indépendance de la politique monétaire dans les pays en développement dans le contexte de leur intégration accrue au système économique mondial ; enfin, le degré d'indépendance de la banque centrale et la façon dont il influence la peur du flottement et l'indépendance de la politique monétaire. Les résultats démontrent que l'indépendance de la banque centrale est responsable de l'augmentation de l'indépendance de la politique monétaire nationale vis-à-vis des taux d'intérêt mondiaux et que celle-ci contribue à réduire la peur du flottement dans les pays en développement. Les conclusions des études de cas suggèrent que l'indépendance de la banque centrale est cruciale pour assurer la stabilité des changes et des prix. Toutefois, les pays en développement ne devraient pas se focaliser uniquement et pendant de longues périodes sur la stabilité des changes au détriment d'autres facteurs. On a constaté en effet les avantages découlant d'une gestion efficace et prudente du régime de taux de change.