Thèse soutenue

Recherches sur les Beatas de la couronne de Castille : étude prosopographique, pratiques spirituelles et implication sociale (1450-1600)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Laurey Braguier-Gouverneur
Direction : Ricardo Saez
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études hispaniques
Date : Soutenance le 12/12/2014
Etablissement(s) : Rennes 2
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes)
Partenaire(s) de recherche : PRES : Université européenne de Bretagne
Jury : Président / Présidente : Alexandra Merle
Examinateurs / Examinatrices : Cécile Vincent-Cassy
Rapporteurs / Rapporteuses : Françoise Crémoux, Vincent Parello

Résumé

FR  |  
EN

Souvent méconnues, les beatas de la Couronne de Castille, réunies en petites communautésappelées beaterios, ont jusqu’à présent très peu attiré l’attention de l’historiographie. Considérées commedes femmes laïques se livrant, au milieu du XVe siècle, à des formes de dévotions populaires et à despratiques mystiques jugées hétérodoxes, les beatas recouvrent pourtant une réalité plurielle et complexeque cette thèse entend approfondir. Un dépouillement minutieux de sources inédites dispersées enEspagne et au Vatican a permis de bâtir une vaste enquête prosopographique sur 195 beaterios et354 beatas, dont l’objectif est de mieux définir et appréhender la naissance, l’implantation géographiqueet la répartition de ces foyers dans les royaumes et les villes de Castille, entre 1450 et 1600. Notrerecherche se propose donc d’appréhender les modes de vie et les pratiques spirituelles de cescommunautés féminines dans leur diversité, en insistant sur leur engagement caritatif et leur intégrationdans la société et la vie religieuse castillanes des XVe et XVIe sièclesement le nombre et la répartition de ces foyers, et d’autre part, pour connaître et comprendre leur intégration, leur mode de vie, et définir de la sorte les conditions d’existence éphémère de ces communautés. L’étude de la singularité des pratiques, de l’entourage et des parcours des beatas analysées tout au long de ce travail, permettra, selons nous, de proposer une réflexion mûrie et nuancée sur l’implication de la beata dans la vie sociale et religieuse castillane des XVe et XVIe siècles.