Thèse soutenue

Les manuscrits enluminés de la Grande Chronique de Normandie aux XIVe et XVe siècles

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Ismérie Triquet
Direction : Bruno BoernerDenis Hüe
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire de l'art
Date : Soutenance le 03/12/2014
Etablissement(s) : Rennes 2
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes)
Partenaire(s) de recherche : PRES : Université européenne de Bretagne (2007-2016)
Jury : Président / Présidente : Philippe Lorentz
Rapporteurs / Rapporteuses : Philippe Lorentz, Thomas Flum

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

A la fin du Moyen Age l’historiographie normande connaît un nouvel essor par la rédaction dans la seconde moitié du XIVe siècle de la Grande Chronique de Normandie. Le texte relate l’histoire du duché de Normandie et du monde anglo-Normand entre 911 et 1204. En 911 le chef viking Rollon recevait du roi de France Charles le Simple le territoire de Neustrie contre promesse de défendre ses frontières et de se convertir au catholicisme. Les Normands feront croître leur territoire au-Delà des limites de la Manche, initiant ainsi une nouvelle dynastie royale en Angleterre. La Normandie sera rattachée en 1204 à la couronne française de Philippe Auguste. Tardivement mis en image au XVe siècle, le texte sera illustré de scènes typologiques, traditionnellement utilisées dans les chroniques médiévales. Puis, se développerons des images plus complexes et narratives. Le but étant toujours la mise en exergue de la dynastie anglo-Normande. Produits durant ou juste après la guerre de Cent Ans, les manuscrits s’inscrivent dans un contexte tout à fait singulier. L’histoire normande sera utilisée à des fins politiques pour servir les prétentions des belligérants ou pour éduquer le lectorat médiéval. Largement diffusée dans le nord de la France l’illustration des manuscrits a permis la mise en place d’une tradition iconographique relative à la dynastie anglo-Normande dans trois grands centres artistiques : la Normandie, Paris et les Flandres. Enfin, le texte sera remanié et continué afin de poursuivre l’histoire normande jusqu’aux temps présents de la production. La Grande Chronique de Normandie a survécu à l’apparition de l’imprimerie tout en perdant toutefois sa récente tradition iconographique