Thèse soutenue

Le personnage de l’inetto dans la littérature italienne de la fin du XXe siècle

FR  |  
EN  |  
IT
Auteur / Autrice : Manuela Spinelli
Direction : Silvia ContariniMarco Antonio Bazzocchi
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Littérature italienne
Date : Soutenance le 09/12/2014
Etablissement(s) : Paris 10 en cotutelle avec Università degli studi (Bologne, Italie)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 2000-....)
Jury : Président / Présidente : Christophe Mileschi
Examinateurs / Examinatrices : Silvia Contarini, Marco Antonio Bazzocchi, Christophe Mileschi, Angela Biancofiore, Antonio Saccone, Daniela Baroncini
Rapporteurs / Rapporteuses : Angela Biancofiore, Antonio Saccone

Mots clés

FR  |  
EN  |  
IT

Résumé

FR  |  
EN  |  
IT

L’objectif de cette étude est d’analyser l’inetto contemporain dans le roman italien, à savoir un personnage inapte, aboulique et velléitaire dont l’existence s’entremêle à la littérature italienne depuis désormais plus de cent ans. Notre hypothèse est que le sentiment de mal-être qui l’accompagne peut être lu comme une contestation de la société. Nous nous concentrons sur les dernières vingt années du XXe siècle qui voient une réactualisation de ce personnage né à la fin du XIXe siècle. La première partie trace une possible généalogie du personnage. C’est un détour nécessaire, l’inetto étant un personnage peu étudié et sa définition fluctuante. Partant du sentiment de crise qui affecte la littérature européenne au tournant du siècle, on esquisse un portrait du personnage inapte pour lequel l’œuvre de Svevo s’avère être déterminante. Par la suite, lors de la deuxième partie, nous nous focalisons sur les inetti des années quatre-vingt. Après un chapitre de mise en contexte, nous analysons : Vita standard di un venditore provvisorio di collant (Busi), Diario di un millennio che fugge (Lodoli), Per dove parte questo treno allegro (Veronesi), Casa di nessuno et Gli sguardi cattivi della gente (Piersanti). La troisième partie se focalise sur la décennie suivante ; après avoir tracé le panorama de l’Italie de l’époque, nous analysons quatre romans : Tutti giù per terra, (Culicchia) Eccesso di zelo et Denti (Starnone) et Di questa vita menzognera (Montesano).Cette recherche démontre la charge contestataire qui se cache en ce personnage dont l’incapacité et le déphasage dévoilent les incongruences et les hypocrisies de la société. En particulier l’inetto – qui est toujours un personnage masculin – s’avère être porteur d’un type de masculinité alternative à celle hégémonique.