Thèse soutenue

Evaluation et valorisation de la communication environnementale et diffusion d’informations dans le document de référence : le cas des entreprises cotées du CAC 40, de 2007 à 2013

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Julia Guinchard
Direction : Philippe DessertineBéatrice de Séverac
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de gestion
Date : Soutenance le 20/11/2014
Etablissement(s) : Paris 10
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Économie, organisations, société (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Je2478 ceros
Jury : Président / Présidente : Dominique Jacquet
Examinateurs / Examinatrices : Dominique Jacquet, Bernard Sinclair-Desgagné, Éric Séverin, Michèle Pappalardo
Rapporteurs / Rapporteuses : Bernard Sinclair-Desgagné, Éric Séverin

Résumé

FR  |  
EN

En se focalisant sur 38 grands groupes cotés au CAC 40, de 2007 à 2013, la question de l’affichage environnemental et de sa valorisation sur le marché est envisagée dans une étude exploratoire selon les axes suivants : Le premier consiste à identifier l’existence d’un effet sur les cours de bourse d’une diffusion publique d’éléments afférant à la stratégie environnementale, en faisant appel aux études d’événements. La publication du document de référence a ainsi retenu toute l’attention. Puis, il apparaît essentiel de caractériser cette information : L’objectif n’est pas d’évaluer la qualité de la politique adoptée, mais d’étudier et évaluer les comportements en la matière, en mobilisant une analyse de contenu pour un total de 228 documents de référence. Une méthodologie de scoring a été adoptée, afin d’établir un indice de diffusion d’informations environnementales, sur la base d’un référentiel reconnu internationalement et pertinent, le Global Reporting Initiative (GRI). Enfin, une modélisation permet de tester la relation entre la réaction observée sur le marché financier et l’information environnementale. Sur la pratique de diffusion d’informations environnementales, les comportements des entreprises de l’échantillon se sont améliorés tant sur la nature des informations divulguées que sur les pratiques globales : Elles sont de plus en plus transparente sur la base des critères environnementaux définis par le GRI. A la publication du document de référence, des rentabilités anormales cumulées sont observées et significatives. Les résultats laissent apparaître que le pouvoir explicatif de la communication environnementale est au demeurant plus important que des variables financières, tel que la variation de l’effet de levier, bien qu’il soit affecté au cours du temps.