Thèse soutenue

Evolution du processus de création en architecture face aux impératifs du développement durable : vers une théorie du process pour des temps écosophiques

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Aliki-Myrto Perysinaki
Direction : Yann NussaumeJana Revedin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Architecture et Ville
Date : Soutenance le 02/07/2014
Etablissement(s) : Paris 10 en cotutelle avec Ecole d'Architecture de l'Université d'Umea (Suède)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Espaces, Temps, Cultures (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 2000-....)
Jury : Président / Présidente : Antoine Picon
Examinateurs / Examinatrices : Antoine Picon, Emmanuel Rey, Jean-Jacques Terrin, Pierre Frey
Rapporteurs / Rapporteuses : Emmanuel Rey, Jean-Jacques Terrin

Résumé

FR  |  
EN

Dans un contexte international marqué par la prise de conscience des enjeux environnementaux, et dans un contexte national d'injonctions réglementaires visant la réduction de la consommation énergétique, les disciplines liées à l’aménagement de l’espace voient leurs frontières et leurs méthodes évoluer de manière conséquente. Cette thèse a pour objet d’analyser les influences du développement durable sur le processus de création en architecture dans le cadre particulier du Global Award for Sustainable Architecture™ et en fonction de la réglementation sur le bâtiment et le territoire en France. Elle examine des mutations des modes opératoires du processus du projet architectural et propose des éléments de méthode et d'analyse concernant la prise en compte des piliers du développement durable, l'environnement, l'économie, la société et la culture. Il ressort de l’analyse que la compréhension des enjeux du développement durable rassemble dans une même dynamique intégrative les différentes piliers, faisant ainsi de la complexité la condition pour leur interdépendance. La prise en compte de la complexité à travers le milieu qui est attestée par les cas étudiés dans cette thèse soulève des questions sur le déroulement du processus du projet à travers une imagination pluraliste qui dépasse une réponse universelle normalisée. Si la complexité se traduit par la prise en compte simultanée des dimensions urbaines et rurales, paysagères et architecturales, quantitatives et qualitatives, elle envisage également le croisement et l’interdépendance des métiers. Ce qui signifie que l’architecte doit -en tant que médiateur- (se) construire une nouvelle identité, développant des compétences en conduite de conception et de négociation.