Thèse soutenue

Le volontariat solidaire à l'international : une expérience formative à l'épreuve des parcours professionnels

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Céline Leroux
Direction : Roger Sue
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de l'éducation
Date : Soutenance le 13/11/2014
Etablissement(s) : Paris 5
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences humaines et sociales : cultures, individus, sociétés (Paris ; 1994-2019)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de recherche sur les liens sociaux / CERLIS
Jury : Président / Présidente : Bénédicte Zimmermann
Examinateurs / Examinatrices : Roger Sue, Bénédicte Zimmermann, Philippe Carré, Jean-Louis Laville, Catherine Agulhon, Vincenzo Cicchelli
Rapporteurs / Rapporteuses : Philippe Carré, Jean-Louis Laville

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Alors que le paradigme de la société de la connaissance tend à investir de plus en plus les champs politiques, économiques et sociaux, appréhender le phénomène du volontariat solidaire international sous ce prisme permet de mettre en avant les relations entre employabilité, citoyenneté et identité cognitive. En effet, le volontariat s’inscrit dans une tension entre une vision utilitariste à travers l’acquisition de compétences, une vision collective à travers sa contribution à l’intérêt général, et une conception individuelle liée à la construction identitaire. Etudier le volontariat solidaire à l’international sous l’angle de sa dimension formative et de ses potentielles répercussions dans la suite des parcours professionnels de jeunes adultes participe donc, à notre sens, d’une réflexion plus globale sur les fins et les moyens des apprentissages dans notre société. C’est à partir des parcours professionnels d’anciens volontaires que nous nous sommes intéressées aux répercussions de ce type d’expériences : qu’apprend-on au cours d’expériences de volontariat solidaire à l’international ? Comment ces apprentissages influent-ils dans la suite des parcours professionnels ? Dans quelle mesure les expériences de volontariat jouent-elles un rôle dans le rapport au travail de celles et ceux qui les vivent ?