Aspect du visible et de l'invisible dans la religion grecque

par Gaëlle Deschodt

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Pauline Schmitt-Pantel et de François Lissarrague.

Le président du jury était François de Polignac.

Le jury était composé de Pauline Schmitt-Pantel, François Lissarrague, Victoria Sabetai.

Les rapporteurs étaient Renée Koch Piettre.


  • Résumé

    Ce travail s'appuie sur l'importance du visible et de l'invisible dans la structure de pensée grecque pour analyser les pratiques rituelles dans leur globalité par la dimension visuelle: en partant du regard que portait l'homme grec sur les rites, nous avons cherché à mieux appréhender la religiosité grecque. Les Grecs vivaient dans un système de visibilité mixte : il était assez ouvert, mais contenait des éléments de fermeture et l'évolution architecturale a fermé les espaces en cherchant à les embellir. Ce système se traduisait dans l'architecture par des sanctuaires ouverts, bien visibles, des structures ouvertes ; tandis que quelques structures étaient fermées avec des hauts murs, une absence de vision des rituels qui s'y déroulaient, principalement dans les cultes à mystères et la mantique inspirée. La piété des Grecs avait une dimension ostentatoire, car c'était la mémoire qui servait de preuve, il fallait alors marquer visuellement afin de conserver des souvenirs des années plus tard, mais aussi pour montrer sa puissance ; la limite entre piété et démonstration de la puissance était alors parfois floue. Les démonstrations de piété soulignaient ainsi les hiérarchies sociales du moment, qui étaient mises en avant dans les manifestations civiques. Ces rituels se déroulaient en présence de spectateurs, dont la présence est plus ou moins perceptible selon les rituels. Un beau spectacle était offe1t aux dieux afin d'établir une communication. Pour cela, les dieux étaient présentifiés dans les rituels souvent par l'intermédiaire d'une médiation. La présence des divinités utilisait toute la palette entre le vu, le visible, le non-vu et pouvait être rendue par d'autres sens.

  • Titre traduit

    Aspects of the visible and the invisible in Greek religion


  • Résumé

    This work relies on the importance of visible and invisible in the structural Greek thought in order to analyse ritual practices as a whole by means of the visual si.de : starting from the point of view of the Greek man, the main purpose was to apprehend Greek religiosity. The Greeks lived in a mixed system of visibility : it was quite open, but it had some pieces of closing. Besides, architectural changes tended to close spaces though the aim was to enhance the beauty of the sanctuaries. That system expressed itself in architecture by opened, well visible places of worship, whereas some structures were closed with high walls. Therefore, rites, such as mystery cults and inspired divination, that took place in it could not be seen. Greek piety was ostentatious because memory was used as evidence. It was necessary to stand out visually in order to keep those memories in mind many years later and to show its power. The boundaries between piety and the display of power were often blurred. Demonstrations of piety underlined current social hierarchies, that were ahead in ci vie rituals. Onlookers were present around these rituals, although sources rarely quoted them. A beautiful show was offered to the gods in order to establish communication. For this purpose, gods were often presentified in rituals through a mediation. Gods' presence was transmitted by a wide range of sensations going from the seen, the visible, to the unseen, but could also be felt by other senses.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.