Thèse soutenue

Les modes de gouvernement des partis politiques en Turquie : l’exemple du Parti de la justice et du développement (AK Parti) et le Parti républicain du peuple (CHP) (2001-2010)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mine Alparslan
Direction : Michel Offerlé
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Science politique
Date : Soutenance le 01/12/2014
Etablissement(s) : Paris 1
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de science politique (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Centre européen de sociologie et de science politique (Paris ; 2010-....)
Jury : Président / Présidente : Gilles Dorronsoro
Examinateurs / Examinatrices : Michel Offerlé, Julien Fretel
Rapporteurs / Rapporteuses : Hamit Bozarslan, Ayşen Uysal

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Malgré le poids considérable des structures internes des organisations partisanes dans la structuration du champ politique turc, l’analyse sociologique de celles-ci reste un terrain assez délaissé dans l’étude des partis turcs. La scène politique turque des années deux mille a été marquée par la prédominance de deux partis : d’une part, le Parti de la justice et du développement (Adalet ve Kalkınma Partisi, AK Parti) qui a remporté les élections de 3 novembre 2002 en obtenant 34,28% des voix juste un an après sa fondation ; et d’autre part, le Parti républicain du peuple (Cumulatrice Halk Partisi, CHP) – le premier parti politique de la période républicaine refondé en 1992 par Deniz Baykal – qui a réussi à siéger de nouveau à la Grande Assemblée nationale de Turquie (Türkiye Büyük Millet Meclisi, TBMM) avec 19, 39% des suffrages exprimés. Contrairement au nombre limité des recherches universitaires, les développements récents concernant les dynamiques internes des partis, tant au niveau national que local, font souvent l’objet d’articles des journalistes spécialisés sur les partis ou même apparaissent à la une de la presse nationale notamment en période de congrès ou d’élections législatives ou locales. Dans cette perspective, nous proposons de faire une analyse sociologique, d’une manière comparative, des organisations partisanes de l’AK Parti et du CHP pour mettre en perspective les modes de gouvernement des partis politiques en Turquie. Afin de procéder à une telle étude, il nous semble nécessaire de prendre en compte certains éléments historiques et constitutifs du phénomène partisan en Turquie. Nous proposons de faire le point sur ces éléments par l’intermédiaire d’un état des lieux des travaux sur les partis turcs à travers une mise en perspective théorique.