Thèse soutenue

Un internationalisme entre discours et pratiques : la politique internationale de la CFDT (1964-1988)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Claude Roccati
Direction : Christian Chevandier
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire moderne et contemporaine
Date : Soutenance le 22/11/2014
Etablissement(s) : Le Havre
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Littératures, cultures et sciences sociales (Caen ; ....-2011)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre interdisciplinaire de recherche en transports et affaires internationales (Le Havre, Seine-Maritime ; 1986-1996) - Identité et différenciation de l'espace, de l'environnement et des sociétés (Mont-Saint-Aignan, Seine-Maritime ; 2008-....)
Jury : Président / Présidente : John Barzman
Examinateurs / Examinatrices : Frank Georgi, Jean-Marie Pernot
Rapporteurs / Rapporteuses : Gilles Richard, Michel Dreyfus

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse étudie l'évolution de la CFDT, depuis sa création en 1964 jusqu'en 1988, à la veille de la chute du mur de Berlin, sous l’angle international à travers les choix effectués en matière de politique internationale. Les positions prises sur la scène extérieure, les manifestations de solidarité internationale, les relations entretenues avec les confédérations syndicales internationales et étrangères participent en effet à l’identification de la centrale au sein du mouvement syndical français en même temps qu’ils traduisent, voire explicitent, son cheminement idéologique. Cette thèse s’appuie sur les archives de la confédération, en particulier le dépouillement inédit de celles du secteur international et des sources orales collectées auprès des responsables en charge de cette politique, auxquelles ont été confrontées les archives des confédérations syndicales internationales auxquelles la CFDT est affiliée sur cette période, la CISC et la CES. Leurs études montrent l'insertion originale d'une confédération désireuse de s'ouvrir à l'ensemble du monde, n'hésitant pas à s'affranchir des barrières de son camp d'origine jusqu'à vouloir bouleverser le syndicalisme international. Peu à l'aise dans une CISC dont elle a pourtant inspiré la transformation, elle porte son regard autant vers les organisations du tiers-monde associées au mouvement des non-alignés que vers les puissantes centrales des pays industrialisés. L’action internationale nourrit ainsi l’ambition de la confédération en même qu’elle accroît sa légitimité sur la scène extérieure comme intérieure.