Thèse soutenue

Les Mamelouks dans l’espace syrien : stratégies de domination et résistances (658/1260-741/1341)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Anne Troadec
Direction : Denise Aigle
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Religions et systèmes de pensée
Date : Soutenance en 2014
Etablissement(s) : Paris, EPHE
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de l'École pratique des hautes études (Paris)
Jury : Président / Présidente : Pierre Lory

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse a pour objectif d’étudier les stratégies de domination des Mamelouks en Syrie, pour permettre de mieux comprendre les mécanismes du pouvoir dans un espace éloigné du Caire, tout en tenant compte des résistances. La première stratégie est de l’ordre du discours. Le discours sur l’espace syrien composé par la chancellerie mamelouke vise à en faire un espace cohérent et le revivifier comme terre de l’islam. Sa diffusion dans un grand nombre de sources, manuels de chancellerie, épigraphie, ou historiographie officielle révèle la cohérence du programme politique et l’importance de l’espace syrien dans les stratégies de légitimation mameloukes. L’inscription spatiale du pouvoir est le deuxième volet de l’enquête. Le modèle d’une Syrie centralisée, souvent mis en avant, correspond à une situation tardive. L’attention portée à la périodisation de l’implantation du pouvoir permet d’en caractériser la nature : initialement mobile et répondant à une logique d’expéditions incessantes, il s’est peu à peu territorialisé sous Qalāwūn, comme l’illustre la refondation de Tripoli. A la fin de la période, sous le dernier règne d’al-Nāṣir Muḥammad, le sultan se rend rarement en Syrie où il se fait représenter. Le gouverneur est alors plus que jamais au centre des stratégies de domination. Enfin, une approche prosopographique permet de repérer les différents acteurs du pouvoir syrien et d’analyser leurs relations avec le sultan : gouverneurs, émirs locaux, tribus arabes, ulémas en marge du pouvoir, ou en collaboration avec lui. Le repérage des composantes de la sphère publique permet de mettre en valeur le caractère dynamique de la société urbaine syrienne sous les Mamelouks.