Thèse soutenue

Contribution à une modélisation ontologique des informations tout au long du cycle de vie du produit

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Virginie Fortineau
Direction : Samir LamouriThomas Paviot
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Génie industriel
Date : Soutenance le 18/11/2013
Etablissement(s) : Paris, ENSAM
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences des métiers de l'ingénieur (Paris)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire Conception de Produits et Innovation (LCPI)
Jury : Président / Présidente : Damien Trentesaux
Examinateurs / Examinatrices : Samir Lamouri, Thomas Paviot, Michel Gourgand
Rapporteurs / Rapporteuses : Alain Bernard, Dimitris Kiritsis, Bernard Grabot

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Les travaux de recherche de cette thèse portent sur la modélisation sémantique des informations industrielles, dans une approche og cycle de vie fg , de gestion des informations. Dans ce type d'approche, lever le verrou lié à l'interopérabilité des modèles d'information est une condition sine qua non à un échange d'information sans perte de flux sémantique. Jusqu'alors, des méthodes d'unification étaient envisagées, reposant sur l'utilisation mutuelle de modèles standards, tels que la norme STEP par exemple. Cependant, l'unification fait face à des limites en termes d'expressivité des modèles, de rigidité, et de perte de sémantique. Afin de lever ces limites, les paradigmes de modélisation évoluent et se tournent vers les ontologies d'inférence, outils du web sémantique.Dans cette thèse, nous proposons un cadre de modélisation sémantique général et une méthodologie de mise en place de ce cadre, qui reposent sur l'utilisation d'ontologies d'inférence. L'application du cadre de modélisation à un cas d'étude industriel, issu de l'ingénierie nucléaire (plus particulièrement l'expression et l'exécution des règles métier), permet alors d'évaluer les apports et limites des ontologies en tant que paradigme de modélisation. Les limites les plus importantes que nous identifions sur l'Open World Assumption, le manque de langage de règles performant et le manque d'outils d'implémentation robustes pour des applications à large échelle. Le développement d'un démonstrateur pour le cas d'étude industriel permet finalement de tendre vers une solution mixte, où les ontologies sont utilisées localement, afin d'en exploiter les divers avantages de manière optimale.