Les Vies parallèles de la Cité

par Nicolas Matte

Thèse de doctorat en Études politiques. Philosophie politique

Sous la direction de Pierre Manent.

Le jury était composé de François Hartog, Pascal Payen, Daniel Tanguay.


  • Résumé

    Il s'agit pour nous d'articuler entre elles trois lectures des Vies parallèles inspirées par les trois définitions du Bios que propose Plutarque, soit comparer et mettre en lutte : les dispositions de l'âme de Grecs et de Romains (lecture éthique), le caractère particulier des cités grecques et de Rome révélé par les actions et les paroles de leurs agents (lecture politique), ainsi que les deux régimes d'une même forme de vie commune, la Cité (lecture poétique ou philosophique). Dans un premier chapitre, nous établissons que Plutarque développe une lecture éthique de la fin de la Cité er dressant le parallèle de deux ambitions amicales (Alexandre/César) qui se confondent dans leur fin et se distinguent par leurs conséquences. Dans un second chapitre, nous comparons les dynamismes de la vie de la Cité par le parallèle des hommes qui les ont d'abord mis en forme à Athènes et à Rome (Solon/Publicola) afin de cerner la différence politique expliquant que Rome ait pu se métamorphoser lorsque sa « vertu » ou sa « liberté » perdit sa force attractive sur tous les agents qui la composaient. Dans un troisième chapitre, notre lecture des commencements de la Cite (Thésée/Romulus) établit une cause vraisemblable de cette lente séparation des ordres de la vertu qui allait s'achever dans une métamorphose de la Cité. Nous circonscrivons ainsi le propos d'une science politique comparant deux expériences de la vie de la Cité afin d'envisager la portée et le sens de l'influence de Plutarque dans la vie des peuples européens et américains.


  • Résumé

    This thesis interweaves three readings of the Parallel Lives inspired by three definitions of the Bios given by Plutarch : an ethical reading that compares the moral dispositions of Greeks and Romans, a political reading that puts the particular character of each city in relief, and a poetic 01 philosophical reading that draws a parallel between two experiences of the same form of common life: the City. The first chapter establishes Plutarch's ethical reading of the end of the City b> drawing a parallel between two ambitions that had similar means and ends but opposite consequences for Greece and Rome (Alexander/Caesar). In order to grasp the political difference between the two Cities - a difference that explains Rome's transformation into an Empire as virtus and libertas lost their attraction to its citizens, the second chapter examines the constitutive dynamics of the City through the men who first shaped them in Athens and Rome (Solon/Publicola) The third chapter develops a reading of the City's beginning as already containing the likely cause of the gradual divorce between virtus in action and virtus in speech that came to shape a new form of life under the Empire (Theseus/Romulus). In sum, our reading of the Parallel Lives defines a political science organized by the articulation of two specific experiences of the City, which in turn clarify the significance of Plutarch's subsequent influence on European and American life.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (881 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.713-733. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2014-117
  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.