Thèse soutenue

L'autorite politico-religieuse [Hâkemyyat] selon l’islam iranien : de la theorie a la pratique

FR
Auteur / Autrice : Hassan Fereshtyan
Direction : Hamit Bozarslan
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études politiques
Date : Soutenance en 2014
Etablissement(s) : Paris, EHESS

Résumé

FR  |  
EN

Le sujet principal de cette thèse porte sur l’analyse de l’état actuel de l’autorité politico-religieuse en Iran. Afin de comprendre l’actualité, nous avons analysé cette autorité à travers différentes périodes de l’histoire de l’Iran, de l’avènement de l’Islam jusqu’à nos jours. L’accent a été mis sur l’étude du texte dans le contexte historique et politique de chaque époque. Nous avons constaté qu’au cours des âges, chaque souverain iranien a essayé de prouver sa légitimité religieuse, selon diverses interprétations de l’Islam. Les dirigeants iraniens s’efforcèrent, et s��efforcent toujours, de faire converger leur regard vers une légitimité religieuse. Jusqu’à la victoire de la Révolution islamique en Iran, la question de l’autorité du velâyat-e faqih était presque absente dans les études religieuses. Suite à cette victoire, cette question a été intégrée aux études religieuses. Le velâyat-e faqih est devenu une institution sacrée. Après avoir analysé les preuves utilisées en faveur de la légitimité religieuse du velâyat-e faqih et les critiques de ses adversaires, nous avons finalement conclu que les ulémas ne sont pas unanimes quant à sa légitimité. La plus importante conséquence de l’arrivée des ulémas au pouvoir a été leur rencontre avec la réalité. Cette rencontre les a aussi poussés vers une sorte de pragmatisme et vers la préférence de l’intérêt de l’Etat au détriment des idéaux islamiques. Cette attitude est en réalité une démarche accélérée vers la sécularisation, mais cette fois-ci, au nom du pragmatisme et de l’intérêt de l’Etat. Comme ils l’ont toujours fait par le passé, les théoriciens de l’Islam pourraient approuver un nouveau système sorti des urnes comme étant en accord avec la religion, ou au moins, comme n’y étant pas contraire.