Thèse soutenue

Activité anti-tumorale des lymphocytes natural killer dans le neuroblastome et la tumeur gastrointestinal : le rôle de ncr3/nkp30

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Michaela Semeraro
Direction : Laurence Zitvogel
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Immunologie
Date : Soutenance le 05/09/2013
Etablissement(s) : Paris 11
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole doctorale Cancérologie : Biologie, Médecine, Santé (2000-2015 ; Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Immunologie anti-tumorale et immunothérapie des cancers (Villejuif, Val-de-Marne)
Jury : Président / Présidente : Christian Auclair
Examinateurs / Examinatrices : Laurence Zitvogel, Christian Auclair, Eric Tartour, Christophe Caux, Olivier Delattre
Rapporteurs / Rapporteuses : Eric Tartour, Christophe Caux

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Depuis la formulation de la théorie de l’immuno-surveillance en 1957 par Burnet et Thomas, le monde scientifique s’est efforcé d’identifier les cellules immunitaires impliquées dans ce processus. Les lymphocytes Natural Killer (NK) constituent une composant majeure de l’immuno-surveillance innée dans plusieurs cancers hématologiques et solides. L’activité des lymphocytes NK passe principalement par une grande variété de récepteurs avec un rôle activateur ou inhibiteur. Parmi les récepteurs activateurs présents à la surface des lymphocytes NK, le récepteur NCR3/NKp30 a un rôle majeur dans la toxicité directe contre la cellule cible et dans l’activation des cellules dendritiques.Les tumeurs stromales gastrointestinales (GIST) et le Neuroblastome (NB) sont deux tumeurs sensibles à l’immuno-surveillance par les lymphocytes NK. Dans une étude récente notre équipe a démontré que l’épissage alternatif du gène NCR3/NKp30 peut être déterminant dans la fonction NK et dans la survie des patients atteints de GIST.Afin de caractériser les lymphocytes infiltrant le GIST, nous avons effectué une recherche visant à analyser l’infiltrat des lymphocytes CD3+, des lymphocytes T régulateurs (Treg) et des lymphocytes NK dans des tumeurs GIST localisés, et corréler ces résultats à la survie des patients. Nous avons mis en évidence que, avant traitement, les lymphocytes NK sont surtout localisés au niveau des fibres trabéculaires qui entourent la tumeur, alors que les lymphocytes T sont localisé à l’intérieur de la tumeur en contact avec les cellules tumorales qui expriment HLA-I.Nous avons aussi observé que les cellules NK ont un phénotype plutôt CD56bright et migrent à l’intérieur de la tumeur après traitement par Imatinib. L’analyse de survie a mis en évidence que les lymphocytes NK et T peuvent prédire la survie sans progression (PFS). Ces résultats mettent en évidence l’importance de l’infiltrat immunitaire dans la prédiction du risque de rechute dans le GIST et surlignent l’importance de viser une réponse immunitaire dans les protocoles thérapeutiques.Nous avons ensuite déterminé la proportion de lymphocytes NK dans le sang périphérique et dans la moelle dans une cohorte de Neuroblastome (NB) localisé et métastatique : une infiltration plus important par les NK CD56bright a été observé chez les patients présentant une maladie métastatique et chez les patients avec une réponse mineure au traitement d’induction. De plus, les NK présents dans les échantillons de moelle osseuse infiltrés par les neuroblastes, présentaient une expression plus basse du récepteur NKp30. L’expression du ligand de NKp30, B7-H6, a été mise en évidence sur les neuroblastes infiltrant la moelle osseuse, et sa forme soluble, sB7-H6, a été retrouvée être positivement corrélée à l’extension de maladie et inversement à la réponse au traitement d’induction. L’analyse de l’épissage alternatif du gène NCR3/NKp30 a permis de mettre en évidence l’impact des isoformes NKp30 sur la survie sans progression chez les patients atteints de NB de haut risque en maladie minimale résiduelle après chimiothérapie d’induction. En particulier, les patients présentant un taux élevé de l’isoforme pro-inflammatoire (NKp30b) par rapport à l’isoforme immunosuppressive (NKp30c), présentent une meilleure survie sans évènement. Nous avons aussi démontré le rôle des monocytes dans l’amplification de la réponse NKp30 dépendant. Les résultats de notre recherche dans le GIST et dans le NB, deux maladies différentes mais toutes les deux sensibles aux lymphocytes NK, surlignent l’importance d’intégrer de nouvelles options thérapeutiques aptes à cibler le système immunitaire.