Thèse soutenue

Intégration financière et croissance des pays en développement : seuils et effets de composition des flux de capitaux

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Thérèse Quang
Direction : Valérie Mignon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance en 2013
Etablissement(s) : Paris 10

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

L’intensification du processus de globalisation financière de ces dernières décennies a suscité de vives interrogations de la part des économistes et décideurs politiques quant aux actuelles conséquences macroéconomiques d’une libre circulation des capitaux internationaux. En particulier, la question de leurs réels bénéfices pour la croissance à long terme des pays en développement reste très discutée. Bien que l’ouverture financière soit supposée favorable, puisqu’elle lève un des obstacles majeurs à la croissance qui est le manque de capital, l’ampleur et l’instabilité inhérente des flux de capitaux constituent un risque pour ces pays, disposant généralement d’outils de gestion macroéconomiques limités. Cette thèse s’inscrit dans cette problématique en proposant d’étudier le lien contradictoire entre les flux de capitaux et la croissance dans le cas des économies en développement. Exploitant des hypothèses de recherche récentes de la littérature, elle s’attache en particulier à examiner les conditions menant l’intégration financière à des issues favorables. La libéralisation du compte de capital engendre, en effet, à la fois des coûts et des bénéfices dont l’analyse nécessite de s’éloigner du cadre de la théorie standard pour prendre en compte la présence de distorsions économiques pouvant interagir négativement avec les flux de capitaux. Ces derniers répondent de plus à un effet de composition ; ils exhibent des propriétés de risque et volatilité différentes et se distinguent quant aux potentiels gains qu’ils génèrent sur la croissance.