Thèse soutenue

Le protocole de Kyoto et les mécanismes de développement propre (MDP) : quels impacts pour les pays en développement à l'horizon 2020--2050 ?

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Iva Hristova
Direction : Jan-Horst Keppler
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance le 09/12/2013
Etablissement(s) : Paris 9
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole doctorale SDOSE (Paris)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire d’Economie de Dauphine (Paris)

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse a pour objectif de définir les effets potentiels, actuels et futurs, des flux d’investissement réalisés dans le cadre de projets du type Mécanisme de Développement propre (MDP) ou tout autre mécanisme successeur. Ainsi, nous proposons une évaluation de ce type d’investissements, perçu par les pays en développement à l’horizon de 2020 et 2050, ainsi que de leurs effets économiques. Nous essayons aussi de définir les caractéristiques (observées jusqu'à présent) de ces flux et de leurs interactions avec les flux financiers «classiquement» perçus par les Pays en Développement (PED) : aide publique au développement (APD) et investissements directs étrangers (IDE). Sont aussi étudiés les facteurs principaux qui pourraient induire de plus conséquentes retombées pour les pays récepteurs, mais aussi les impacts des MDP en termes de développement durable et de transferts technologiques. L’analyse est complétée par une description des principaux obstacles qui existent (en raison des caractéristiques des pays récepteurs mais aussi du mécanisme lui-même), des tentatives de solutions déjà adoptées ainsi que des mécanismes alternatifs qui pourraient être mis en place à l’avenir. Ainsi, l’analyse démontre les effets bénéfiques des projets MDP (ou des potentiels mécanismes successeurs) en termes d'investissements perçus, d’Unités de Réductions Carbone (qui peuvent en résulter), de croissance économique, de transferts technologiques et de développement durable pour les pays non-Annexe I. En outre, l’analyse souligne l'importance des capacités d’absorption de ces pays (notamment présence de main-d'œuvre qualifiée, disponibilité de facilités de crédit et d’infrastructures dans le domaine des énergies renouvelables) afin de bénéficier plus largement des potentielles retombées économiques. Ainsi, la mise en place d'un mécanisme similaire amélioré et accompagné de programmes de développement des capacités installés, devrait être du plus grand intérêt autant pour les pays Annexe I et non-Annexe I dans le cadre de futures négociations du CCNUCC.