Thèse soutenue

La philosophie de la connaissance scientifique selon Gaston Bachelard : une urgence pour l'épistomolegie africaine ?

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : José Blaunde Patimale
Direction : Plinio Walder Prado Junior
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance en 2013
Etablissement(s) : Paris 8

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse présente l’analyse de l’épistémologie africaine à partir de la philosophie de la connaissance de Gaston Bachelard. La question est posée dans la perspective de l’utilisation de la philosophie ouverte de Bachelard, afin de proposer une critique constructive de la problématique du développement de la philosophie des sciences en Afrique. Les concepts de Bachelard (connaissance comme description, philosophie du détail, discontinuité continue, rupture, obstacles, etc. ) et les idées des philosophes africains (philosophie comme existence humaine, être, force, force vitale, philosophie de la diversité, philosophie comme vérité, comme sagesse, sensation, affectivité…) sont confrontées à l’édification non d’une seule philosophie mais de philosophies plurielles. Nous défendons l’idée d’introduire une philosophie des sciences comme condition fondamentale du développement de la philosophie de la connaissance scientifique en Afrique. Nous défendons aussi l’idée de la continuité discontinue. Dans une première partie, nous nous intéresserons l’évolution académique de Gaston Bachelard dans le domaine de l’épistémologie, et de sa compréhension de la Nature. Nous considérerons la relation de l’Homme et de la Nature comme point départ de tout type de savoir humain. Dans la seconde partie, nous nous demanderons comment la science est-elle comprise par les philosophes. Nous définirons également ce qu’est la connaissance, ainsi que la connaissance scientifique pour Bachelard. Enfin, dans la dernière partie, nous commencerons par analyser la philosophie africaine, ainsi que sa position et la relation entre science et idéologie. Nous défendrons la thèse qu’une philosophie ouverte, considérant toutes les réalités, permettra au continent africain de sortir de sa situation actuelle en suivant la continuité discontinue, et non la discontinuité continue. Nous en appellerons à la nécessité de stimuler l’esprit critique de ce continent…