Thèse soutenue

Régulation de l'activité d'effecteurs cellulaires de la réponse immunitaire innée par interaction des récepteurs inhibiteurs ILT2 et ILT4 avec la molécule HLA-G

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jérémy Baudhuin
Direction : Benoît Favier
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie des Cellules Sanguines
Date : Soutenance en 2013
Etablissement(s) : Paris 7

Résumé

FR  |  
EN

La subversion ou le dysfonctionnement des processus de tolérance de l'immunité innée peuvent conduire au développement de diverses pathologies. D'une part, en interagissant avec le récepteur inhibiteur ILT2 exprimé à la surface des cellules NK et des lymphocytes T y8, la molécule HLA-G permet aux cellules tumorales l'exprimant d'échapper à l'activité anti-tumorale de ces deux populations. En effet, en perturbant l'organisation de la synapse immunologique, et ce indépendamment des radeaux lipidiques, HLA-G entraîne l'inhibition de l'activité cytotoxique des cellules NK. De plus, elle provoque l'inhibition de la prolifération, de la synthèse d'IFN-y et de la cytotoxicité des lymphocytes T y& D'autre part, l'engagement du récepteur ILT4, autre récepteur connu de HLA-G, à la surface des granulocytes neutrophiles, conduit à une diminution de leur fonction phagocytaire et oxydative induites par le récepteur CD32a. Contenu dans les granules intracytoplasmiques des neutrophiles, ILT4 peut être mobilisé en surface par exocytose en réponse à un stimulus pro-inflammatoire, contribuant ainsi à la régulation de leur activité inflammatoire. L'utilisation d'échantillons de patients atteints de sepsis indique que ce mécanisme de surexpression de ILT4 est perturbé dans un contexte inflammatoire et suggère un impact sur l'activité des neutrophiles au cours de ce syndrome. L'ensemble de ces études nous permet d'envisager les récepteurs ILT2 et ILT4 ainsi que leur ligand HLA-G comme des cibles thérapeutiques dans les traitements de patients atteints de cancers ou comme outils thérapeutiques dans le traitement de pathologies inflammatoires.