Thèse soutenue

Théâtre et psychanalyse : la femme sous le regard "masculin" de la dramaturgie

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Dimitra Athanasopoulou
Direction : Paul-Laurent Assoun
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Anthropologie psychanalytique et pratiques cliniques du corps
Date : Soutenance en 2013
Etablissement(s) : Paris 7

Résumé

FR  |  
EN

Le rapport entre la psychanalyse et le théâtre date d' Oedipe ou bien depuis la tragédie grecque. Le mythe freudien qui a nourri la théorie psychanalytique au niveau universel est alors un « scénario grec ». Si nous considérons respectivement le théâtre comme la forme littéraire qui parle le plus de la psychanalyse et la psychanalyse comme la théorie de la dramaturgie, nous pouvons également considérer que Strindberg, Ibsen et Lorca ont créé des figures théâtrales dont le décodage revient à dire quelque chose de l'expérience de l'inconscient. Nous souhaitons ouvrir un dialogue avec ces auteurs. La trilogie Strindberg, Ibsen, Lorca vise à montrer l'image de la femme « transformée ou non transformée » par la structure psychique de l'homme dramaturge. La trilogie théâtrale rencontre alors la trilogie freudienne (névrose, psychose et perversion). Strindberg, Ibsen, Lorca mettent en scène la question féminine. Nous nous attacherons à montrer comment se construit chez eux la figure de la femme. L'homme voit la femme par le prisme de castration. Nous souhaitons montrer la falsification de la femme par castration ou délire, autrement dit la vérité de la femme du côté de l'homme. La femme a été toujours regardée au travers du fantasme, jamais abordée dans la réalité. Quel est alors le rapport de Strindberg, d'Ibsen, de Lorca à l'Autre sexe ? Comment traitent-ils la question du non rapport sexuel ? Chacun à sa manière, selon symptôme, sa structureNous constatons que Strindberg fait oeuvre jusqu'à la folie. . Nous souhaitons mettre l'accent sur la portée pour la psychanalyse d'un dramaturge considéré comme misogyne, sur ce qu'il nous apprend sur le rapport à la femme et plus précisément sur le rapport à l'étranger féminin. Nous entamerons un questionnement analogue avec Henrik Ibsen et Federico Garcia Lorca. La femme est un moyen de revisiter l'oeuvre des hommes dramaturges. Mais en retour les oeuvres deviennent un moyen de revisiter la question du féminin