Thèse soutenue

Les canaux calciques voltage dépendantes de type L dans les interneurones de la couche moléculaire du cervelet

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Stéphanie Rey
Direction : Thibault Collin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Neurosciences
Date : Soutenance le 13/12/2013
Etablissement(s) : Paris 5
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Cerveau, cognition, comportement (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire de physiologie cérébrale
Jury : Président / Présidente : Claire Legay
Examinateurs / Examinatrices : Thibault Collin, Claire Legay, Oussama El Far, Philippe Lory, Régis Lambert, Anne Feltz, Rossella Conti
Rapporteurs / Rapporteuses : Oussama El Far, Philippe Lory

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés contrôlés

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

La libération de neurotransmetteur est provoquée par la dépolarisation de la terminaison présynaptique et l’entrée de calcium à travers les canaux calciques voltagedépendants (VDCCs). Les VDCCs à haut seuil de type-P/Q et de type-N sont classiquement impliqués dans la libération de neurotransmetteurs et sont localisés dans la terminaison axonale près de la zone active. Deux membres de la famille des VDCCs de type-L, Cav1.2 et Cav1.3 sont connus pour être exprimés dans le système nerveux central. Dans le cortex cérébelleux, les propriétés pharmacologiques des VDCCs présynaptiques ont été examinées aux synapses GABAergiques entre les interneurones de la couche moléculaire (MLIs) et entre les MLIs et les cellules de Purkinje. Bien qu’il n’y ait aucun doute que les VDCCs de type- P/Q et de type-N sont les principaux acteurs de l’entrée de calcium présynaptique et de la libération de GABA par les MLIs, l’absence d’effet des dihydropyrines antagonistes a exclut le potentiel rôle des VDCCs de type-L (Forti et al., 2000; Stephens et al., 2001). Il est intéressant de noter que les dihydropyrines antagonistes sont très peu efficaces sur les courants calciques de type-L activés par un potentiel d’action (Helton et al., 2005), ce qui suggère que l’implication des VDCCs de type-L dans la libération de neurotransmetteur a été largement négligée. Dans cette étude, nous avons montré que le BayK8644 (une dihydropyridine agoniste) augmente fortement la fréquence des mIPSCs enregistrés dans les MLIs et dans les cellules de Purkinje suggérant que les VDCCs de type-L peuvent être présents dans les terminaisons axonales des MLIs. Ce résultat a été confirmé par des expériences d’immunohistochimie utilisant la microscopie confocale et électronique ainsi que par des expériences d’imagerie calcique. Nos résultats démontrent que les VDCCs de type-L, souvent négligés dans les terminaisons axonales, ont un rôle crucial dans la libération de GABA par les MLIs.