Thèse soutenue

Nicholas John Spykman (1893-1943), l’invention de la géopolitique américaine. Un itinéraire intellectuel aux origines paradoxales de la théorie réaliste des relations internationales.

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Olivier Zajec
Direction : Olivier Forcade
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire des relations internationales
Date : Soutenance le 20/06/2013
Etablissement(s) : Paris 4
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris ; 1994-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Sorbonne Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe (Aubervilliers, Seine-Saint-Denis ; 2002-....)
Jury : Président / Présidente : Georges-Henri Soutou
Examinateurs / Examinatrices : Olivier Forcade, Bernard Boëne, Bruno Colson, Jean-Jacques Roche

Résumé

FR  |  
EN

Nicholas John Spykman, né en 1893 aux Pays-Bas, naturalisé américain en 1928, mort en 1943, est considéré comme l’un des pères de la « théorie géopolitique ». Eminent professeur de Yale, où il est en 1934-35 le fondateur du premier département de Relations internationales, il marque profondément le débat intellectuel à l’orée des années 40, en se faisant l’avocat de la géographie politique comme nouvelle méthode d’analyse de politique étrangère. Son influence est importante dans le domaine, nouveau pour l’époque, de la « sécurité nationale », puisqu’il est considéré, à l’instar de George Kennan, comme l’inspirateur indirect de la théorie du containment de la doctrine Truman. Ses théories réalistes, débattues avec violence à partir de 1942 en raison de leur supposé « cynisme », marquent une rupture avec l’idéalisme des années 20 et 30. Au-delà de quelques topoi, peu de choses sont néanmoins approfondies le concernant. Une recherche bibliographique systématique permet d’établir que 80% de ses écrits n’ont pas été étudiés ; à la vérité, ils ne sont pas même connus. Il n’existe aucune biographie de Spykman à ce jour, même aux Etats-Unis, ce qui peut être regardé comme une anomalie, s’il est vraiment l’inspirateur du containment. Ce travail de recherche a pour objectif de combler une lacune de l’historiographie américaine, en réévaluant la place d’un théoricien central mais mal connu, à l’aide de nombreuses archives inédites. Cette thèse éclaire l’histoire de la formalisation de la théorie des Relations internationales aux Etats-Unis, et des rapports fonctionnels qu’entretient depuis ses origines la puissance américaine avec la notion polysémique de la « sécurité nationale ».