Thèse soutenue

Les compléments comme determinants sémantiques du verbe

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Habiba Souid
Direction : Jean-Patrick Guillaume
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Langues, civilisations et sociétés orientales
Date : Soutenance le 21/11/2013
Etablissement(s) : Paris 3
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Langage et langues (Paris)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre des Etudes Arabes et Orientales (Paris)
Jury : Président / Présidente : Dan Savatovsky
Examinateurs / Examinatrices : Jean-Patrick Guillaume, Dan Savatovsky, Georges Bohas, Mostefa Harkat

Résumé

FR  |  
EN

Les sens complémentaires en arabe sont multiples et variés. Outre les aspects syntaxiques, nous relevons des aspects sémantiques propres à chaque complément. L’introduction de l’un de ces sens dans la phrase l'enrichit et entraîne des précisions qui se rattachent au verbe. Les grammairiens classiques parlent des (mafûîät) ou encore des (manûübät) noms au cas accusatif, ils s'intéressent ainsi au traits formels des compléments. Les rhétoriciens soulignent les traits sémantiques. Ils insistent sur le sens de la restriction déterminative qu’exerce le complément sur le verbe. Une approche critique démontre que les compléments en arabe jouent un rôle important dans l'éclaircissement du sens de l’action. C’est donc le verbe qui sélectionne le sens complémentaire convenable. En arabe moderne (dans les écritures contemporaines) l’usage des compléments ne s’écarte pas loin de l'usage classique. Les auteurs sont soumis aux règles de la théorie grammaticale des premiers siècles. Toutefois, il existe certains aspects d'évolution qui reviennent, soit au choix libre de l’écrivain, soit à l’évolution interne de la langue elle-même.