Thèse soutenue

Les politiques culturelles comme un outil de régénération urbaine : le cas de la Corne d'Or, Istanbul

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Ceyda Bakbasa
Direction : Georges Prévélakis
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Géographie
Date : Soutenance le 29/11/2013
Etablissement(s) : Paris 1
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de Géographie de Paris. Espace, sociétés, aménagement (Paris ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Géographie-cités (Paris ; 1998-....)
Laboratoire : Géographie-cités (Paris ; 1998-....)
Jury : Président / Présidente : Pierre Petsimeris
Examinateurs / Examinatrices : Georges Prévélakis, Jacques Lévy
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean-François Pérouse, Michel Bruneau

Résumé

FR  |  
EN

Depuis 1980, les villes ont commencé à questionner leur position et leur rôle dans le système mondial avec la croissance de la compétition entre les villes mondiales ainsi que leurs relations intra-muros. La combinaison des politiques de régénération urbaine et culturelle est devenue l'un des outils de transformation important qui expose des changements socio-économique dans l'espace urbain et renouvelle ou/et constitue l'image de la ville. Ainsi la différenciation des stratégies d'application de ces politiques apparaît aussi très profondément dans le positionnement des acteurs lors du processus décisionnel. La régénération urbaine, le mot magique depuis les années 2000, est devenu l'un des principaux outils sur lequel les acteurs s'appuient pour transformer Istanbul. Ainsi, la Corne d'Or est un quartier où nous voyons comment les politiques culturelles et de régénération urbaine se combinent dans l'espace urbain et comment le processus de régénération se différencie en fonction des points de rupture du positionnement des acteurs publics et privés. Nos analyses montrent, dans un premier temps, que les expériences de la régénération urbaine liée à la culture comportent des similitudes par rapports aux autres expériences internationales mais qu'elles demeurent néanmoins différentes à cause du positionnement des acteurs dans le processus décisionnel. Dans un second temps, ils expliquent comment la culture a été intégrée dans l'image d'Istanbul par l'intermédiaire des plans d'urbanisme alors que les projets de régénération nourrit par cette vision restent isolés dans l'espace urbain qui amènent donc une déconnexion socio-économique.