Thèse soutenue

La responsabilité sociale de l'entreprise : enjeux, stratégies, impacts

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Aurélien Petit
Direction : Gunther Capelle-Blancard
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance le 18/10/2013
Etablissement(s) : Paris 1
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale d'Économie (Paris ; 2004-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre d'économie de la Sorbonne (Paris ; 2006-....)
Jury : Président / Présidente : Mireille Chiroleu-Assouline
Examinateurs / Examinatrices : Gunther Capelle-Blancard, Patricia Crifo, Yannick Le Pen, Bert Scholtens, Charles Cho

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse examine la Responsabilité Sociale de l'Entreprise (RSE), précise ses enjeux, étudie les stratégies de communication de ses acteurs et détermine les conditions de l'impact financier des informations Environnementales, Sociales et de Gouvernance d'entreprise (ESG). Le premier chapitre discute des théories du bienfondé de la RSE puis présente plusieurs faits stylisés sur ses sources, sa localisation, son lexique et son évolution temporelle. Le deuxième chapitre propose une nouvelle grille de notation de la performance extra-financière des entreprises, tenant compte de spécificités sectorielles. Ainsi, l'environnement y est plus fortement pondéré pour les entreprises pétrolières que pour les banques, où la gouvernance est l'enjeu principal. Le troisième chapitre analyse les stratégies de communication RSE des entreprises, des médias et des ONG. Lorsqu'elles sont critiquées par des sources externes sur l'un des critères ESG, les entreprises font profil-bas sur ce critère et contre-attaquent en divulguant plus d'informations sur les autres critères. Au sein d'un secteur, les firmes sont moutonnières sur leur critère ESG majeur; tandis qu'on observe des comportements de passager clandestin sur les critères mineurs. A double-tranchant, leur communication sur leur critère majeur a un effet positif sur leurs relations publiques, mais les expose aussi aux attaques externes. Le dernier chapitre examine l'impact des divulgations d'informations ESG sur la rentabilité des firmes. Globalement, seules les informations négatives divulguées par les médias ont un impact significatif à court terme, négatif. La carotte est donc mieux répercutée que le bâton et les annonces des firmes et des ONG ne sont pas sources de rentabilités anormales. La réputation ESG des entreprises dans les médias est un bouclier de bienveillance contre les pertes liées aux évènements ESG négatifs. La proximité linguistique et le lexique des titres des annonces modulent également leur impact.