Les mécanismes de l'évolution culturelle cumulative

par Maxime Derex

Thèse de doctorat en Evolution, Ecologie, Ressources génétiques, Paléontologie

Sous la direction de Michel Raymond et de Bernard Godelle.

Le jury était composé de Jean-Baptiste André, Étienne Danchin, Thomas Lenormand.

Les rapporteurs étaient Evelyne Heyer, Laurent Lehmann.


  • Résumé

    Le succès remarquable -écologique et démographique- de l'espèce humaine est largement attribué à notre capacité pour la culture cumulative, i.e. l'accumulation d'innovations culturelles à travers le temps. L'absence ou du moins la rareté de la culture cumulative chez les autres animaux a conduit à de nombreuses spéculations à propos des facteurs nécessaires à son émergence. La culture cumulative dépend étroitement de processus permettant de générer de l'information, et de mécanismes permettant à cette information d'être fidèlement transmise entre les individus. A l'aide d'une approche expérimentale basée sur l'utilisation de jeux sur ordinateur, nous montrons que la capacité d'imitation des patrons comportementaux peut grandement faciliter la fidélité de transmission des informations culturelles. De même, une grande taille de population contribue à la stabilisation des informations culturelles, particulièrement dans le cas d'informations complexes. Cependant, la culture cumulative requiert également la production d'innovations qui ne peut résulter de ces seuls facteurs. D'un point de vue théorique, les innovations sont généralement plus coûteuses à produire qu'à copier, de sorte que la sélection peut difficilement opérer au profit des innovateurs. Nos résultats nous permettent cependant d'avancer que l'émergence d'objets culturels technologiquement opaques pourrait permettre aux innovateurs de bénéficier plus largement de leurs innovations. L'émergence de l'opacité technologique pourrait ainsi constituer un pivot dans l'évolution de la culture cumulative, permettant de favoriser à la fois l'innovation et les mécanismes fidèles de transmission d'information. Les capacités à hiérarchiser et planifier ses actions étant essentiel à la production d'objets culturels technologiquement opaques, il est possible que l'absence apparente de culture cumulative chez les animaux non-humains soit due à un moindre développement de ces capacités cognitives. Finalement nous proposons que la complexité de la culture humaine repose sur quatre facteurs principaux : capacité à hiérarchiser et planifier ses actions, capacité à imiter, collaboration interindividuelle et grande taille de population.

  • Titre traduit

    Mechanisms of cumulative cultural evolution


  • Résumé

    The remarkable success – both ecological and demographic- of the human species is widely attributed to our capability for cumulative culture, i.e. the accumulation of innovations over time. The lack or at least the rarity of cumulative culture in non-human animals has led to much speculation about factors enabling its emergence. Cumulative culture strongly depends on processes allowing generating information, and mechanisms allowing information to be efficiently transmitted between individuals. Using a computer-based experimental approach, we show that process-copying ability improves the fidelity of cultural information transmission. Also, population size contributes to the stability of cultural information, especially for complex information. However, cumulative culture also requires the creation of new innovations, which cannot be the outcome of these factors. From a theoretical point of view, innovations are generally costlier to produce than to copy, so that selection hardly favours innovators. From our results, we propose that the emergence of technologically opaque cultural traits may allow innovators to more widely benefit from their innovations. Thus, the emergence of technological opacity could be pivotal in the rise of cumulative culture, allowing favouring innovation and faithful copying mechanisms. Because the ability to plan actions in a hierarchical way is pivotal to produce technologically opaque cultural artefacts, the lack of cumulative culture in non-human animals could be due to limitations of these cognitive skills. Finally, we propose that human cultural complexity depends on four main factors: the ability to plan actions in a hierarchical way, the ability to process-copy, inter-individual collaboration and large population size.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Sciences.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.