Thèse soutenue

Dynamique du contrôle dans un projet de déploiement de pratiques : Un cas de pratiques environnementales et de maitrise des risques dans un réseau d'agences

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : William Dhuyvetter
Direction : Claude Pellegrin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de gestion
Date : Soutenance le 31/05/2013
Etablissement(s) : Lyon 2
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences économiques et gestion (Lyon)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Conception de l'action en situation (Lyon ; Saint-Etienne ; 2007-....)
Jury : Président / Présidente : Vincent Giard
Examinateurs / Examinatrices : Martine Girod-Séville
Rapporteurs / Rapporteuses : François-Xavier de Vaujany, Frédéric Gautier

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Le but de cette recherche est de décrire et de comprendre le contrôle du transfert de Bonnes Pratiques entre différentes agences réparties sur le territoire. Cette étude émerge de l’observation d’un problème terrain : à partir d’un jeu de pratiques environnementales et de maitrises des risques dites « idéales » et sélectionnées pour avoir déjà prouvées leur efficacité dans d’autres unités organisationnelles, les membres du Comité de Pilotage transforment ces pratiques, tout au long des réunions du projet, de façon à permettre leur implémentation. Mais ces pratiques dépassent la simple application de prescriptions règlementaires et sont souvent des innovations pour l’entreprise. Ces innovations engagent le Comité de pilotage dans un véritable processus de conception. La finalité du projet est d’autonomiser les opérateurs dans l’usage de ces pratiques qui doivent pouvoir appréhender le terrain, adapter leur réponse tout en se conformant à l’idéal porté par la pratique. Notre hypothèse de travail est que l’action du Comité est mue par une logique de contrôle. Dans ce travail, nous cherchons à caractériser la façon dont le Comité de pilotage de ce projet contrôle le déploiement de ces Bonnes Pratiques et à rendre compte de sa dynamique. Pour répondre à cette question, cette étude conduite au sein de la filiale régionale d’un groupe s’inscrit dans une approche qualitative. Notre méthode d’analyse s’appuie sur le recours à la théorie ancrée en se fondant sur les éléments empiriques du terrain. Pour caractériser le processus de contrôle, nous avons voulu échapper aux catégories usuelles des mécanismes de contrôle de la théorie (Ouchi, 1979 ; Simons, 2004) en expliquant comment l’acteur collectif Comité de pilotage, par des actions sur le processus de conception des pratiques, par des actions d’information et de formation des agents et par des actions sur la rédaction de fiches de procédures, cherchait à s’assurer que chaque membre du Comité de pilotage et les agents impliqués dans ce processus de conception se comportent dans le sens des objectifs fixés par la Direction générale. Ainsi, parmi nos contributions, le niveau de granularité plus fin dans l’analyse du contrôle nous a permis d’apporter une relecture des travaux traditionnels en contrôle. Pour rendre compte de la dynamique du contrôle, nous procédons également à une opérationnalisation du modèle de la réplication de Winter et Szulanski (2001). En complément, nos résultats illustrent la dynamique du contrôle fondée sur l’analyse de la convergence des projets par Midler (1993).