Le traitement de l'oubli : épreuve de l'incorporation des antirétroviraux : et temporalités des traitements du sida en Centrafrique

par Pierre-Marie David

Thèse de doctorat en Sociologie de la santé

Sous la direction de François Locher, Johanne Collin et de Vinh-Kim Nguyen.

Soutenue le 05-12-2013

à Lyon 1 en cotutelle avec l'Université de Montréal , dans le cadre de École Doctorale Interdisciplinaire Sciences-Santé. (Villeurbanne) , en partenariat avec Équipe Santé Individu Société (EA 4129) (laboratoire) .

Le président du jury était Anne-Emmanuèle Calvès.

Le jury était composé de François Locher, Johanne Collin, Vinh-Kim Nguyen, Frédéric Le Marcis.

Les rapporteurs étaient Fred Eboko, Tamara Giles-Vernick.


  • Résumé

    Cette thèse propose une description ethnographique et une analyse sociologique de l'arrivée des traitements antirétroviraux (ARV) à Bangui, c'est-à-dire de cette rencontre singulière entre un programme international à l'ampleur inédite et une société locale durement touchée par l'infection. S'appuyant sur trois années de terrain entre 2005 et 2011, la démarche qualitative vise à répondre à la question suivante : de quoi les antirétroviraux sont-ils vraiment l'incorporation ? Les programmes d'accès au traitement constituent un pouvoir thérapeutique qui se structure comme une « politique de la vie » s'articulant autour de réseaux mettant en lien des médicaments, des ONG privées, des consultants internationaux et une histoire postcoloniale. L'affirmation de ce pouvoir est majeure et structurante dans un contexte centrafricain de post-conflit faisant suite à une décennie de troubles militaro-politiques. Les ressources accompagnant cette prise en charge renforcent une sociabilité et une individuation fondée sur cette différence biologique que représente l'infection à VIH. Pour rendre des comptes aux contribuables occidentaux et gouverner localement l'intervention, des techniques et pratiques d'inscription sont mises en place (indicateurs de performance, taux de décaissement, mesures biologiques, etc.). Ces « pratiques scriptuaires » contribuent ainsi à réduire la distance entre un pouvoir global et de lointains sujets matérialisant une souveraineté à distance. Elles constituent le cœur d'une traduction sociale entre le global et le local qui alimente ce que nous appelons, en nous référant à Michel de Certeau, une « économie scriptuaire » qui tient les comptes d'un projet biopolitique global pour satisfaire aux Objectifs du Millénaire. Une autre distance, celle-là entre les prétentions et les réalités du pouvoir thérapeutique explique les ambivalences ressenties lors de l'incorporation biologique et sociale des ARV. Finalement, le pouvoir thérapeutique dans le contexte social centrafricain se caractériserait alors moins par des formes exclusivement biomédicales de subjectivité, que par un processus d'individuation fragmenté, basé sur des pratiques biomédicales souples, démonstratives et oublieuses. Il apparaît alors plus clairement que les programmes internationaux de traitement de l'infection à VIH contribuent à produire de l'oubli ou plus précisément à écrire l'oubli à partir des « pratiques scriptuaires »: l'oubli des histoires individuelles enchâssées dans des inégalités sociales insurmontables, mais aussi l'oubli d'une Histoire plus longue qui montre que l'infection à VIH est l'incorporation d'un passé colonial. Finalement, dans cet oubli se jouent plusieurs recommencements en santé publique internationale: celui de venir (et revenir) sauver des vies, de montrer que c'est possible et de proposer un futur qui façonne le présent. Prendre un temps pour reconnaître ces temporalités du traitement paraît alors de plus en plus nécessaire pour construire un présent qui émancipe, plutôt qu'il ne répète

  • Titre traduit

    .


  • Résumé

    This thesis proposes an ethnographic description and a sociological analysis of the arrival of antiretroviral (ARV) in Bangui. It highlights the encounter between an international program with an unprecedented scale and a local society hardly hit by the HIV infection. The qualitative approach, based on three years of fieldwork from 2005 to 2011, aims at answering the following question: what are ARVs really the incorporation of? Treatment programs represent a therapeutic power that is structured as a « politics of life » that revolves around networks linking medicines, private NGOs, international consultants and postcolonial history. The affirmation of this power is significant in the Central African post-conflict context, following a decade of military-political upheaval. Resources accompanying this support and enhance sociability and individuation based on this biological difference that is HIV infection. To be accountable to the taxpayers and to govern local intervention, technical and registration practices are implemented (performance indicators, disbursement rate, biological measurements, etc.). These "scriptural practices" help reduce the distance between a global power and distant subjects. They are the heart of a social translation between the global and the local, fueling what Michel de Certeau calls a "scriptural economy", which keeps the overall accounts of a global biopolitical project to meet the Millennium Development Goals objectives. Another distance, this one between the claims and the realities of therapeutic power explains the ambivalence felt in the biological and social inclusion though ARVs. Eventually, we observe that the therapeutic power in the Central African social context is less characterized by exclusive biomedical forms of subjectivity than by a fragmented process of individuation based on flexible, demonstrative and forgetful biomedical practices. It appears then increasingly clear that international programs for the treatment of HIV infection contribute to produce oblivion or more precisely write oblivion with "scriptural practices", which is to say the oblivion of individual stories embedded in insurmountable social inequality, but also the omission of a longer history which shows that HIV infection is the incorporation of a colonial past. Finally, this oblivion enables several resumptions in international public health: the come (and come back) to save lives, to show that it is possible and to provide a future that shapes the present. Taking time to recognize these temporalities of treatment then appears increasingly necessary to build a present that empowers, rather than repeats

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.