Thèse soutenue

Etude multimodale et sémiotique des capacités narratives enfantines à l'oral et à l'écrit

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Djaber Fantazi
Direction : Jean-Marc Colletta
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Linguistique, sociolinguistique et acquisition du langage
Date : Soutenance le 13/02/2013
Etablissement(s) : Grenoble
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale langues, littératures et sciences humaines (Grenoble, Isère, France ; 1991-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire de linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles (Grenoble)
Jury : Président / Présidente : Geneviève de Weck
Examinateurs / Examinatrices : Jean-Pascal Simon
Rapporteurs / Rapporteuses : Harriet Jisa, Michèle Guidetti

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Cette étude explore les capacités narratives en production, à l'oral et à l'écrit chez l'enfant âgé de 9-11 ans et scolarisé en CM1 et CM2 (troisième cycle du primaire). Nous savons que ces capacités, chez l'enfant comme chez l'adulte, sont constituées de deux versants ; l'un linguistique, l'autre paralinguistique (gestualité à l'oral et ponctuation à l'écrit). Le but de cette étude consiste à mieux connaitre le rôle du versant paralinguistique.Pour y parvenir, nous avons comparé la teneur des informations exprimées dans les récits des enfants à l'oral et à l'écrit. Au préalable, chaque enfant a passé un test d'évaluation du langage oral. Ensuite, après avoir visionné un court dessin animé présentant une mini-histoire, chaque enfant a produit un récit oral et un autre écrit. Ainsi, un corpus audiovisuel et heuristique de 46 récits d'enfants a été constitué. Les récits filmés, comme les récits rédigés sur papier, ont été transcrits. Enfin, nous avons procédé à un codage des aspects syntaxiques et narratifs mais aussi gestuels et sémiographiques de ces productions à l'aide du logiciel ELANLes analyses multimodales et sémiotiques des aspects pragmatiques et discursifs des récits montrent que certains gestes à l'oral comme certains signes de ponctuation à l'écrit participent, au même titre que les constituants linguistiques, à l'expressivité, au cadrage et à la structuration discursive. Elles montrent en outre que meilleur est le niveau linguistique de l'enfant, meilleure est sa prestation narrative, et plus proches en sont ses réalisations orale et écrite. Inversement, meilleure est la performance narrative de l'enfant, et plus les ressources paralinguistiques se spécialisent dans leur modalité propre (gestualité / ponctuation) pour parfaire la performance de l'enfant.Cette étude réactualise nos connaissances sur le langage enfantin et ouvre des perspectives intéressantes. Concernant le développemental langagier tardif, la capacité discursive commence à s'organiser à cet âge et est donc liée au niveau linguistique de l'enfant. D'un point de vue didactique, il en ressort que la capacité à produire du langage organisé en discours, bien qu'étant une capacité générale, se spécialise fortement en fonction de la modalité dans laquelle elle s'actualise. Cela devrait nous fournir des enseignements pratiques pour la didactique de l'écrit et les activités pédagogiques qui s'y rattachent.