Thèse soutenue

Reconnaissance de visage robuste aux occultations

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Rui Min
Direction : Jean-Luc Dugelay
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Signal et images
Date : Soutenance le 12/04/2013
Etablissement(s) : Paris, ENST
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Informatique, télécommunications et électronique de Paris (1992-...)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire Traitement et communication de l'information (Paris ; 2003-....)
Jury : Président / Présidente : Alice Caplier
Examinateurs / Examinatrices : Philippe Robin
Rapporteurs / Rapporteuses : Liming Chen, Abdenour Hadid

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

La reconnaissance faciale est une technologie importante en vision par ordinateur, avec un rôle central en biométrie, interface homme-machine, contrôle d’accès, indexation multimédia, etc. L’occultation partielle, qui change complétement l’apparence d’une partie du visage, ne provoque pas uniquement une dégradation des performances en reconnaissance faciale, mai peut aussi avoir des conséquences en termes de sécurité. Dans cette thèse, nous concentrons sur le problème des occultations en reconnaissance faciale en environnements non contrôlés. Nous proposons une séquence qui consiste à analyser de manière explicite les occultations et à fiabiliser la reconnaissance faciale soumises à diverses occultations. Nous montrons dans cette thèse que l’approche proposée est plus efficace que les méthodes de l’état de l’art opérant sans traitement explicite dédié aux occultations. Nous identifions deux nouveaux types d’occultations, à savoir éparses et dynamiques. Des solutions sont introduites pour gérer ces problèmes d’occultation nouvellement identifiés dans un contexte de vidéo surveillance avancé. Récemment, le nouveau capteur Kinect a été utilisé avec succès dans de nombreuses applications en vision par ordinateur. Nous introduisons ce nouveau capteur dans le contexte de la reconnaissance faciale, en particulier en présence d’occultations, et démontrons son efficacité par rapport aux caméras traditionnelles. Finalement, nous proposons deux approches basées 2D et 3D permettant d’améliorer les techniques de base en reconnaissance de visages. L’amélioration des méthodes de base peut alors générer un impact positif sur les résultats de reconnaissance en présence d’occultations.