Thèse soutenue

Contribution à la modélisation mathématique de la réponse immunitaire

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Qasim Ali
Direction : Philippe Grosseau
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Génie des Procédés
Date : Soutenance le 10/10/2013
Etablissement(s) : Saint-Etienne, EMSE
Ecole(s) doctorale(s) : ED SIS 488
Jury : Président / Présidente : Patrice Nortier
Examinateurs / Examinatrices : Philippe Grosseau, Patrice Nortier, Fabienne Espitalier, Shamsul Qamar, Grigori Panassenko, Fabien Crauste, Claude Lambert, Eric Touboul
Rapporteurs / Rapporteuses : Fabienne Espitalier, Shamsul Qamar

Résumé

FR  |  
EN

Les premières étapes d’activation des lymphocytes T sont cruciales pour déterminer leur comportement, ainsi que leur prolifération. Ces étapes dépendent fortement des conditions initiales, particulièrement de l’avidité du récepteur du lymphocyte (TCR) pour le ligand spécifique provenant de l’antigène. La reconnaissance du virus entraine une séquence des réactions biochimiques mettant en œuvre de protéines membranaires et cellulaires. Le processus peut être mesuré par cytométrie en flux. On propose ici plusieurs modèles de différents niveaux de complexité. Ces modèles décrivent une relation entre la population de lymphocytes T et leurs composants intracellulaires et extracellulaires. Ils conduisent à des systèmes d’EDO et d’EDP dont la résolution permet d’étudier la dynamique de la densité de population des lymphocytes au cours du processus d'activation. En outre, différentes hypothèses sont proposées pour le processus d'activation des cellules filles après prolifération. Les équations de bilan de population (EBPs) sont résolues par une nouvelle méthode validée par une solution analytique quand elle existe, ou par comparaison à différentes méthodes numériques disponibles dans la littérature. L’avantage de cette nouvelle méthode est d’être utilisable dans certains cas où les méthodes classiques ne le sont pas.