Thèse soutenue

Les contes de Benjamin Péret : réinvention poétique d'un genre en contexte surréaliste

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Gaëlle Quemener
Direction : Marie-Paule Berranger
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Langues et littérature française
Date : Soutenance en 2013
Etablissement(s) : Caen

Résumé

FR  |  
EN

En partant de la volonté de lever le voile sur une forme littéraire méconnue du surréalisme, on se propose d’étudier les contes de Benjamin Péret (1899-1959). Ces derniers, écrits pour la plupart au cours de la première moitié des années vingt, offrent un témoignage poétique de choix sur le contexte de formation du mouvement dont André Breton proclame officiellement la naissance en 1924. Les fictions brèves de Péret révèlent un imaginaire nourri à la fois des réflexions et expérimentations avant-gardistes autour du langage et des recherches surréalistes portant sur le rêve, l’inconscient, le merveilleux. Le conte est également marqué par une révolte brûlante. Alors que la Première Guerre mondiale vient de s’achever, une haine du patriotisme belliqueux, un refus radical de la société contemporaine et un rejet du catholicisme donnent à la fiction ses couleurs révolutionnaires tandis que la mentalité enfantine, la pensée mythique et le désir érotique sont exaltés. On s’attache à montrer que le conte surréaliste est le lieu d’un profond renversement des valeurs en même temps qu’un espace textuel privilégié pour l’expression du fantasme. La structure du conte traditionnel empruntée par Péret est repensée, subvertie par le verbe automatique et par une poétique de l’image qui fait dériver l’ancien genre vers une forme hybride, surréaliste à part entière, où se mêlent proses hallucinées, narrations conscientes, poèmes et récits de rêves.