Thèse soutenue

La patrimonialisation des grands sites : évolution des doctrines et transformation des espaces : exemple des promontoires littoraux emblématiques bretons

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Yann Le Fur
Direction : Frédérique Chlous-DucharmeDaniel Le Couédic
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Urbanisme et aménagement
Date : Soutenance le 06/05/2013
Etablissement(s) : Brest
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Institut de géoarchitecture
Jury : Président / Présidente : Cyria Emelianoff
Examinateurs / Examinatrices : Frédérique Chlous-Ducharme, Daniel Le Couédic, Cyria Emelianoff, Philippe Deboudt, Jérôme Dubois, Nicolas Bernard
Rapporteurs / Rapporteuses : Philippe Deboudt, Jérôme Dubois

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse s’inscrit dans une perspective compréhensive des processus de patrimonialisation de grands sites naturels bretons, de leur découverte à leur réhabilitation, ici la pointe du Raz, le cap Fréhel et la côte sauvage de Quiberon. Ces promontoires littoraux, objets inventés au 19e siècle, sont devenus au fil du temps des supports d’oeuvres littéraires et picturales, d’introspection et de fascination exercée par la puissance des éléments marins. Ces lieux ont accueilli depuis les années 1950 des fréquentations touristiques de plus en plus importantes, ayant provoqué des phénomènes de mise à nu des sols, que l’administration de l’Environnement a jugé menaçants pour leur intégrité. Il y a une trentaine d’années, elle a donc décliné une politique de réhabilitation dont la matérialisation principale fut la conduite d’‘Opérations Grands Sites’. De quelle manière ces projets de réhabilitation sont-ils menés et selon quelles doctrines ? Comment prennent-ils en compte les différents usages et valeurs attribuées à ces patrimoines ? Cette thèse analyse les aménagements, désaménagements et réaménagements de ces sites, l’imbrication de la montée de la doctrine écologique et des jeux d’acteurs qui s’y développent, et, interroge leur incidence sur le patrimoine et les modalités de son appropriation, ce que nous appelons le processus de patrimonialisation. La première partie retrace la patrimonialisation des grands sites naturels emblématiques de France, leur invention (chapitre 1), les politiques publiques mises en place en vue de leur protection (chapitre 2 et 3), et se focalise sur nos terrains d’étude (chapitre 4). La seconde partie montre les évolutions du cadre doctrinal, organisationnel et normatif de l’action publique, favorisant la protection de l’environnement et l’aménagement touristique. Elle montre le renouvellement des principes d’action publique (chapitre 5) et les transformations des espaces induites par les doctrines et les jeux d’acteurs (chapitre 6 et 7). Enfin, la troisième partie aborde les effets de ces réhabilitations sur le patrimoine et le processus de patrimonialisation contemporains (chapitre 8 et 9) et propose une réflexion sur la dimension normative des opérations de réhabilitation : nous démontrons qu’elles sont constitutives du processus de patrimonialisation.