Les réflexions sur l'histoire dans les "Essais" de Montaigne

par Tsuyoshi Shishimi

Thèse de doctorat en Littératures française, francophones et comparée

Sous la direction de Catherine Magnien-Simonin.

Le président du jury était Jean Balsamo.

Le jury était composé de Catherine Magnien-Simonin, Bruno Méniel, Bénédicte Boudou, Véronique Ferrer.

Les rapporteurs étaient Bruno Méniel, Bénédicte Boudou.


  • Résumé

    Notre thèse étudie comment les réflexions sur l’histoire et l’historiographie, que Montaigne élabore en dialoguant avec les lieux communs antiques et humanistes ainsi qu’avec des nouvelles théories historiques avancées par les historiens juristes français de son époque – à commencer par Jean Bodin, auteur de la Méthode de l’histoire –, débordent leur domaine originel et servent à approfondir ses réflexions sur divers autres thèmes. Après avoir précisé le passage de l’« art d’écrire l’histoire » à l’« art de lire les histoires » qui s’est développé chez les historiens juristes français du XVIe siècle et au sein duquel Montaigne élabore sa propre façon de lire les histoires en soulignant pour sa part la liberté et la spontanéité du lecteur (première partie), nous tentons d’abord de montrer qu’il surmonte l’incertitude épistémologique de l’histoire humaine en distinguant nettement le « croyable » du « possible » et en construisant un système de connaissance fondée uniquement sur la « foi » qu’échangent les témoins, les historiens et leur lecteur (seconde partie) ; ensuite, nous examinons la manière dont il bouleverse la notion et la pratique de l’exemplum historique sur le plan tant discursif que didactique, et revendique les exempla tirés de sa propre vie, tout en reconnaissant leur imperfection (troisième partie) ; enfin, au niveau de l’écriture, nous constatons non seulement qu’il représente son expérience personnelle dans l’histoire en contaminant volontairement le passé avec le présent, mais aussi qu’il s’inspire des historiens – notamment des historiens parlant de leurs propres gestes – pour justifier son écriture de soi-même (quatrième partie). Compte tenu du contexte culturel et intellectuel de la Renaissance, nous mettons ainsi en lumière la sensibilité et les connaissances profondes qu’avait Montaigne des débats contemporains concernant l’histoire et l’historiographie, et montrons que ses réflexions sur l’histoire alimentent celles sur les questions épistémologiques, morales et littéraires dans les Essais.


  • Résumé

    Our thesis studies how the reflections of Montaigne on the history and the historiography, which he developed in engaging a dialogue with ancient and humanist commonplaces as well as with new historical theories advanced by French jurist historians of his time – such as Jean Bodin, author of the Method of history –, overflow from their original domain and help to deepen his reflections on various themes in the Essays. After having specified the shift from the "art to write a history" to the "art to read histories" that took place among the French jurist historians of the 16th century, and following which Montaigne elaborates his own way of reading histories on emphasizing, for his part, the reader’s liberty and spontaneity (the First Part), we first try to show that he surmounts the epistemological uncertainty of the human history by distinguishing clearly "unbelievable" from "possible" and by building a knowledge system based solely on the "faith" exchanged by witnesses, historians and their readers (the Second Part); then, we examine how he disrupts the notion and the practice of historical exemplum both in a discursive way and in a didactic way, reevaluate the exempla drawn from his own life in spite of recognizing their imperfection (the Third Part); finally, to the level of the writing, we not only see that Montaigne represents his personal experience within history on voluntarily contaminating the past with the present, but also that he is inspired by some historians – especially the historians talking about their own actions – for justifying his writing about himself (the Fourth Part). Considering the cultural and intellectual context of the Renaissance, we bring thus to light the sensitivity and the deep knowledge of Montaigne concerning the contemporary debates about the history and the historiography, and show that his reflections on history nourish the epistemological, moral and literary questions in the Essays.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.