Thèse soutenue

Différence, dispersion et fragmentation sociospatiale : explorations métropolitaines à Brasilia et Curitiba

FR  |  
EN  |  
PT
Auteur / Autrice : Igor De Franca Catalao
Direction : Loïc Grasland
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Géographie
Date : Soutenance le 15/05/2013
Etablissement(s) : Avignon en cotutelle avec Universidade estadual paulista (São Paulo, Brésil)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale 537 « Culture et patrimoine » (Avignon)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Étude des structures, des processus d'adaptation et des changements de l'espace. UMR 7300 (Nice ; 2012-)
Jury : Président / Présidente : Maria Encarnação Beltrão Sposito
Examinateurs / Examinatrices : Laurent Vidal, Ester Limonad, Eda Maria Goes, François Moriconi-Ebrard

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN  |  
PT

Le passage du XXe au XXIe siècle a été accompagné d’intenses transformationssociospatiales, qui mettent en échec l’avenir de la ville. D’un côté, des processusd’individualisation et de segmentation sociale s’accroissent et articulément produisent ou réitèrent les inégalités. D’autre côté et de façon dialectique, la production de tissus urbains de plus en plus dispersés se confirme, caractérisée par des discontinuités territoriales et des densités variables du centre vers la périphérie. Dans ce contexte, l’urbanisation se diffuse mondialement, affecte tous les espaces et articule des différentes échelles, de façon à produire l’urbain au-delà des villes. Au Brésil, spécialement à partir des années 1970, les transformations sociospatiales mentionnées ci-dessus se sont liées à des processus de modernisation nationaux. Les métropoles de Curitiba et de Brasilia se sont développées dans cette période, chacune à sa manière, mais de façon plus accentuée à Brasilia. Toutes deux ont néanmoins été marquées par des inégalités et par la dispersion urbaine. Deux objectifs ont orienté la discussion proposée dans cette thèse : examiner la corrélation entre dispersion urbaine et fragmentation sociospatiale ; et expliquer comment ces deux processus se réalisent à Brasilia et à Curitiba. La recherche comparative a été menée à partir d’études et recherches sur les deux villes ainsi que directement dans leurs agglomérations. Des observations, des visites de terrain dans les zones résidentielles fermées et dans les villes de la périphérie métropolitaine ont été faites, mais aussi des entretiens avec des résidents. De ce fait, le cadre analytique de la thèse permet de comprendre qu’il y a, à Curitiba et surtout à Brasilia, des logiques fragmentaires qui favorisent la dissolution de l’unité morphologique tant par la dispersion des tissus urbains que par la segmentation sociale et la reproduction des inégalités. Ceci contribue à la création de limites à la mise en place du droit à la ville comme droit à la différence et amène à une nécessaire réflexion sur la notion de justice spatiale comme moyen approprier de surmonter les inégalités.