Le magistrat, la femme et le prêtre, le contrôle des rituels fémins en Grèce ancienne

par Marie Augier

Thèse de doctorat en Sciences de l'Antiquité

Sous la direction de Anne Jacquemin.

Le président du jury était Brigitte Le Guen-Pollet.

Le jury était composé de Sandrine Huber.

Les rapporteurs étaient Brigitte Le Guen-Pollet, Dominique Lenfant, Silvia Milanezi.


  • Résumé

    L’image que la littérature grecque donne des femmes est souvent négative et l’idéal féminin qui s’en dégage est celui d’une femme silencieuse et peu visible. Or, s’il est vrai que la femme a une place assez réduite dans la cité, elle joue néanmoins un rôle important par ses activités religieuses. L’étude, en s’attachant au facteur socialisant qu’est la pratique rituelle pour les femmes, a alors pour but de montrer le contrôle des rituels féminins par les hommes en confrontant la réglementation qui encadre les femmes à leur représentation littéraire. La recherche vise ainsi à délimiter la place des femmes dans l’espace sacré, en tentant de dégager leur rôle et les règles qu’elles doivent suivre (accès aux sanctuaires, funérailles, participation aux rituels) ; mais elle s’attache aussi aux magistratures religieuses féminines. C’est donc aussi la question de l’implication des femmes dans la cité, par leurs activités rituelles, les magistratures et l’évergétisme, et celle de la « citoyenneté » des femmes qui sont abordées. Un volume d’annexes regroupe le corpus des documents épigraphiques –textes et traductions– utilisés dans ce travail.

  • Titre traduit

    The magistrate, the woman and the priest, the control of the feminine rituals in ancient Greece


  • Résumé

    Greek literature often gives a pejorative image of women and presents an idealised woman whose qualities are silence and invisibility. If it is true that women had quite a reduced place in Greek city, nevertheless they played an important role through their religious activities. This study, which pays particular attention to the social implications of ritual practices, aims to examin the masculine control over feminine rituals by comparing the rules supervising women with their literary representation.The research intends to establish the woman's place in sacred locations and tries to outline their role and the rules they had to follow (access to sanctuaries, funerals, participation in rituals). It also focuses on religious feminine magistrates. It therefore also deals with the implication of women in cities through their citizenship, ritual activity, office and evergetism. A supplementary volume collects the corpus of epigraphic inscriptions, texts and translations used in this work.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Bibliothèque électronique du Services des bibliothèques 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.